• Accueil
  • Signes religieux: Simon Jolin-Barrette a besoin du PQ

Signes religieux: Simon Jolin-Barrette a besoin du PQ

Signes religieux: Simon Jolin-Barrette a besoin du PQ iStock / monkeybusinessimages

Selon Bernard Drainville, le ministre Simon Jolin-Barrette a besoin de l’appui du Parti québécois afin de promouvoir sa clause grand-père sur son projet de loi sur les signes religieux.

Mardi, le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette a rencontré Pascal Bérubé, le chef intérimaire du Parti Québécois qui représente la deuxième opposition à l’Assemblée nationale. 

«C’est ben pratique le PQ pour la CAQ dans ce dossier-là. Jolin-Barrette en veut une clause grand-père, alors que les Québécois n’en veulent pas. Les sondages sont très clairs là-dessus. Et son premier ministre n’est pas très chaud à l’idée d’une clause grand-père»

«Sauf que le PQ et Bérubé, ils en veulent une. Alors Jolin-Barrette a intérêt à avoir l’appui du PQ parce que ça va lui permettre de dire que son projet de loi sur les signes religieux est plus consensuel. Ça lui donne une assise démocratique plus forte. Mais c’est surtout que ça permet à Jolin-Barrette de régler son problème. Il est capable de dire : ‘’pour obtenir l’appui du PQ, j’ai dû céder sur les droits acquis. Dans le fond, s’il y a une clause de droits acquis, ce n’est pas de ma faute, c’est la faute de Bérubé et du PQ’’»

Une clause grand-père donnerait des droits acquis aux employés de l’État déjà en poste en matière de port de signes religieux et ils seraient donc exclus du futur projet de loi interdisant le port des signes religieux aux personnes exerçant une fonction en autorité dans le secteur public. 

En direct de 03:00 à 07:00
1961
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.