• Accueil
  • Signes religieux : Québec se défend d’avoir voulu faire du profilage

Signes religieux : Québec se défend d’avoir voulu faire du profilage

Signes religieux : Québec se défend d’avoir voulu faire du profilagePC
Simon Jolin-Barrette, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
Signes religieux et enseignement: le gouvernement précise et ne demande pas un dénombrement. Le ministre Simon Jolin-Barrette est avec nous.

13:33

Signes religieux et enseignants: qu'est-ce qui se cache derrière la demande de la CAQ?

13:40

Le gouvernement Legault et les signes religieux

4:41

Le ministre responsable du dossier des signes religieux nuance la demande faite par le ministère de l'Éducation à des commissions scolaires sur le port de ces signes. 

En entrevue avec Paul Arcand lundi matin, la présidente de la Commission scolaire de Montréal, Catherine Harel Bourdon a confirmé ce que La Presse rapportait, soit que des commissions scolaires se sont fait demander de recenser le nombre d'enseignants et de membres de direction des écoles qui portent un signe religieux au travail.

Imbroglio

Plus tard en journée, au micro de Bernard Drainville au 98,5 FM, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, a indiqué que le gouvernement voulait seulement savoir si des statistiques à propos du nombre d'employés qui portent des signes religieux étaient disponibles.

Selon lui, ce sont les commissions scolaires qui ont laissé entendre qu'il s'agissait de recensement ou de profilage.

«Ce qu’on a demandé aux commissions scolaires, c’est de savoir si cette information est disponible. On n’a pas demandé de recenser à savoir qui porte un signe religieux dans quelle commission scolaire. On s’est adressé aux commissions scolaires pour savoir si elles détiennent l’information, à savoir combien de personnes portent un signe religieux à leur emploi. C’est la simple question que nous avons posée aux commissions scolaires»  

«Aujourd’hui, ce qu’on constate, c’est que les commissions scolaires disent qu’il s’agissait de profilage ou du recensement. Or, il n’a jamais été question de cela»

«Manifestement, on constate dans les journaux ce matin que l’information n’est pas disponible. On n’a pas eu de retour de la part des commissions scolaires» 

Le ministre a ajouté qu'une demande similaire avait été faite du côté du ministère de la Sécurité publique pour les policiers et les gardiens de prison.

En direct de 07:00 à 11:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.