12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Crise canado-saoudienne: les États-Unis en sont-ils responsables?

Crise canado-saoudienne: les États-Unis en sont-ils responsables?

Crise canado-saoudienne: les États-Unis en sont-ils responsables?Photo: The Associated Press

La crise entre le Canada et l’Arabie Saoudite prend des proportions hors du commun. Mais selon Jabeur Fathally, professeur adjoint à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa et spécialiste du Moyen-Orient, les États-Unis pourraient être derrière cette réaction disproportionnée de Riyad.

La porte-parole du président des États-Unis, Heather Nauert, a soutenu mardi que les États-Unis n’allaient pas intervenir dans le différend entre le Canada et l’Arabie saoudite et qu’ils ne pouvaient pas régler le tout à leur place.

Pour Monsieur Fathally, les liens serrés entre l’Arabie saoudite et les États-Unis de Donald Trump ne peuvent pas, à eux seuls, expliquer l’absence de réaction américaine dans ce dossier. Au contraire, il estime même que la décision saoudienne n’aurait pas pu être prise sans l’assentiment tacite des autorités américaines.

«Je suis convaincu, selon mes connaissances de la région, des liens entre l’Arabie saoudite et des États-Unis et surtout de ce froid entre l’administration Trump et le gouvernement Trudeau, que les Américains ont peut-être encouragé tacitement les Saoudiens à prendre une telle décision afin d’affaiblir le gouvernement canadien et affaiblir Justin Trudeau. […] Les Saoudiens ne peuvent pas prendre de telles sanctions économiques sans que ce soit discuté avec les Américains.»

Selon Monsieur Fathally, il serait logique que l’administration Trump ait agi en ce sens pour affaiblir le gouvernement de Justin Trudeau sur la scène géopolitique internationale et en profiter pour changer en leur faveur le rapport de force dans les discussions concernant entre autres le renouvellement de l’ALÉNA.

Le professeur adjoint estime que la ministre canadienne Chrystia Freeland n’a d’autre choix que de conserver sa position ferme face à Riyad, puisque toute forme de recul ou de tentative de changement de position pourrait être utilisée par les Saoudiens afin d'affaiblir davantage le gouvernement Trudeau sur la scène nationale et internationale.

En direct de 20:30 à 00:00
1798
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.