• Accueil
  • «C’est important d’y aller prudemment» - Dr François Marquis
Déconfinement partiel au Québec

«C’est important d’y aller prudemment» - Dr François Marquis

«C’est important d’y aller prudemment» - Dr François Marquis
Getty Images
0:00
43:18

Au micro du 98.5, de nombreux intervenants ont réagi au déconfinement partiel annoncé mardi par le gouvernement Legault. 

Les commissaires Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez ont tous les deux salué l’annonce de François Legault, d’autant plus que le premier ministre du Québec a convenu que les assouplissements seraient réévalués dans deux semaines.  

«Dans l’essentiel, ce sont de très bonnes mesures. On dit que la politique, c’est l’art du compromis, c’est exactement ce que François Legault a fait hier. Les mesures sont déployées de manière asymétrique. Le gouvernement agit par prudence et c’est correct. C’est une bonne nouvelle, ça fait du bien à beaucoup de monde»

«La recette est bonne, mais l’explication est mauvaise. La raison principale pour laquelle il ne déconfine pas tout tout de suite, ce n’est pas juste à cause du 34% de délestage dans la province. C’est aussi une crainte qu’ils ont évoquée à demi-mot : est-ce que ça va remonter? Et la crainte, ce sont les nouveaux variants»

Déplacements entre régions

Les deux commissaires aimeraient toutefois que le gouvernement Legault soit plus ferme au niveau de l’interdiction des déplacements entre régions de zones rouge et orange. Surtout à quelques semaines du congé scolaire. 

«En ce moment, on est en couvre-feu et il y a eu 1000 contraventions, ce qui veut dire qu’il y a 100 000 personnes qui trichent. Et Legault pense qu’avec une recommandation, les Québécois vont le respecter? Voyons donc, que ne comprend-il pas là-dedans?»

«Je suis convaincu que François Legault dans deux semaines va réfléchir à cette nécessité de sortir le bâton et dire qu’il n’est pas question d’aller vous épivarder en Gaspésie»

Avec prudence

Pour leur part, les invités d’Isabelle Maréchal apprécient que ce «petit déconfinement» soit fait de façon graduelle et avec prudence. 

«Un groupe qui m’inquiète, ce sont les étudiants du cégep et des universités. Ils sont 175 000 au cégep et 250 000 à l’université. Vous allez me dire qu’une journée par semaine, ce n’est pas énorme, mais ça me réjouit»

«Je pense qu’il faut voir ça comme une expérience sociale. On connaît la recette, on sait comment se distancer de façon efficace et respecter le couvre-feu et les autres mesures. C’est gentil du premier ministre de dire qu’il veut aider les soignants, mais en fin de compte, ce qu’on veut faire c’est d’aider tout le monde. On ne veut pas s’en aller dans le sud pendant la semaine de relâche, on veut juste être capable d’aider les autres clientèles qui ont besoin de soins»

«Le déconfinement, c’est beaucoup plus délicat que le confinement. Ça demande de la souplesse et de l’intelligence. On sait que la semaine de relâche s’en vient et la dernière semaine de relâche, on l’a mangé en pleine face. C’est important d’y aller prudemment»

0:00
10:32
Drainville PM
En direct de 12:00 à 15:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.