• Accueil
  • «Je ne peux pas imaginer qu’on tienne une campagne électorale non nécessaire en pleine pandémie» - Lise Ravary
Élections fédérales anticipées ?

«Je ne peux pas imaginer qu’on tienne une campagne électorale non nécessaire en pleine pandémie» - Lise Ravary

«Je ne peux pas imaginer qu’on tienne une campagne électorale non nécessaire en pleine pandémie» - Lise Ravary

Alors que la deuxième vague de coronavirus continue de faire des ravages et ne semble pas vouloir s’estomper, des rumeurs d’élections anticipées commencent à surgir sur la scène fédérale. 

On dit souvent que la durée de vie d’un gouvernement minoritaire est de 18 à 24 mois. Élu en octobre 2019, le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau arrive à cette échéance. 

Alors qu’il devra présenter, ce printemps, un premier budget fédéral en deux ans, le gouvernement de Justin Trudeau devra obtenir l’approbation d’au moins un parti de l’opposition. Sinon, des élections anticipées seront déclenchées. 

Par ailleurs, à l’instar des gouvernements minoritaires du Nouveau-Brunswick et de la Colombie-Britannique qui ont obtenu récemment de nouveaux mandats de leurs populations, le gouvernement Trudeau pourrait décider de déclencher lui-même des élections. En temps de crise, les électeurs ont tendance à réélire les gouvernements en place. 

Qu'en pensent les commissaires?

Au micro de Louis Lacroix mardi, les commissaires Lise Ravary et Luc Ferrandez ont commenté ces rumeurs d’élections anticipées. 

«Je ne peux pas imaginer qu’on tienne une campagne électorale non nécessaire en pleine pandémie. Ça ne passe pas dans ma tête. Quiconque le considère devrait consulter rapidement. Imaginez une campagne 100% virtuelle et elle serait plus longue qu’habituelle. Mettez ça à côté de toutes les différentes consignes sanitaires des différentes provinces. Et est-ce que les gens auront la tête à ça ?»

«Il n’y a pas d’augmentation des taux d’intérêt. Et sous Trudeau, l’intérêt de la dette ne coûte pas plus cher qu’elle ne coûtait sous Harper. Alors que Harper a fait des coupes massives, Trudeau dépense sans compter et le coût de la dette n’est pas plus élevé parce que le coût des intérêts reste faible. Donc, ça, ça fait qu’O’Toole n’a pas de prise sur lui»

«Moi si je suis Trudeau, je veux des élections le plus vite possible. Dans quelques mois, quand le vaccin va commencer à faire son effet et que la pandémie sera derrière nous, on va avoir le temps d’analyser tous ces programmes et on va trouver des erreurs commises. Et ça va lui péter dans la face ! »

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.