• Accueil
  • Thérapies de conversion | «C’est une fraude» - Luc Ferrandez

Thérapies de conversion | «C’est une fraude» - Luc Ferrandez

Thérapies de conversion | «C’est une fraude» - Luc FerrandezGetty Images Plus/ microgen
Les thérapies de conversion interdites pour les mineurs. Est-ce requis de légiférer ?

9:41

Le gouvernement fédéral s'attaque aux thérapies de conversion: témoignage d'un jeune homme qui en a subi trois.

9:28

Lundi, le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, a déposé un projet de loi qui va criminaliser les thérapies visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.

Avec cette nouvelle loi, il sera désormais interdit de faire subir une thérapie de conversion à un mineur, que ce soit au Canada ou à l’étranger. Même chose pour les adultes non consentants.

De plus, il sera interdit d’en faire la publicité.

Une peine de prison maximale de cinq ans sera associée à ce type d’infraction criminelle.

Les commissaires Alexandre Taillefer et Luc Ferrandez ont commenté cette nouvelle au micro de Paul Arcand, mardi.

«C’est une thérapie qui promet à des gens de suivre une espèce de reprogrammation basée sur des approches pavloviennes. On va te donner des chocs électriques si jamais tu vois des photos d’hommes nus et que tu ressens un quelconque désir. On va essayer de te reprogrammer. C’est une frivolité incroyable. C’est démontré aujourd’hui que ça ne fonctionne pas»

«Il y a 47 000 personnes qui ont eu des conversions. C'est énorme. D’abord, c’est une fraude cette thérapie. Du point de vue humain, il semble que les gens qui ont des doutes sur leurs orientations sexuelles ou qui ont une orientation sexuelle différente entre 15 et 19 ans font des tentatives de suicide 14 fois plus souvent que les personnes sûres de leur orientation sexuelle. C’est dans ce terreau de doutes, de stress et de détresse qu’arrive la fraude de la thérapie. Ça vaut la peine de l’interdire» 

«Moi j’en ai interviewé des gens qui ont subi ça et je ne suis pas un expert, mais c’est de même nature qu’une agression. Ces gens sont déjà en mode de questionnement sur leur identité et tu viens leur expliquer qu’ils sont malades et qu’on peut les reprogrammer. Les dommages sont assez spectaculaires»

Parlons-nous SANTÉ
En direct de 18:30 à 20:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.