• Accueil
  • Les deux Canadiennes enlevées au Ghana la semaine dernière ont été libérées

Les deux Canadiennes enlevées au Ghana la semaine dernière ont été libérées

Les deux Canadiennes enlevées au Ghana la semaine dernière ont été libéréesPhoto: archives AP
Deux policiers dans les rues de la capitale du Ghana, Accra.

OTTAWA — Deux jeunes Canadiennes qui avaient été enlevées lors d'un voyage de coopération internationale au Ghana seront bientôt de retour chez elles, après avoir été secourues mercredi par les autorités de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Bailey Chitty et Lauren Tilley sont en sécurité et n'ont pas été blessées physiquement, a confirmé l'organisation non gouvernementale Youth Challenge International, qui supervisait le séjour des jeunes femmes.

Les parents des deux Canadiennes, âgées de 19 et 20 ans, ont pu parler à leurs filles et ont exprimé toute leur reconnaissance aux autorités canadiennes et ghanéennes, a ajouté l'organisation.

David Kogon, le maire d'Amherst, en Nouvelle-Écosse, a indiqué que Bailey Chitty provenait de sa communauté, et qu'elle étudiait à Fredericton avec Lauren Tilley.

L'Université du Nouveau-Brunswick a déclaré qu'elle était «incroyablement ravie» du dénouement, mais n'a pas fait d'autre commentaire.

Le ministre de l'Information au Ghana avait fourni plus de détails sur l'intervention qui a mené à la libération des deux Canadiennes.

Kojo Oppong-Nkrumah a affirmé que les forces de sécurité avaient mené une opération pour secourir les jeunes femmes en banlieue de Kumasi, la deuxième ville en importance au Ghana.

Cinq Ghanéens et trois Nigérians avaient été arrêtés relativement à cet «incident traumatique», a-t-il ajouté. Il pourrait y avoir d'autres arrestations.

Il n'a pas été question de rançon dans cette affaire et il n'y a aucune information permettant de lier les ravisseurs à une organisation politique ou religieuse, a précisé le ministre.

Une «équipe» canadienne était mobilisée au Ghana pour aider les autorités locales, mais son intervention n'a pas été nécessaire, selon M. Oppong-Nkrumah.

Affaires mondiales Canada a fait part du grand soulagement du gouvernement fédéral face à ce dénouement heureux. Un porte-parole du ministère, Guillaume Bérubé, a ajouté que les services consulaires canadiens assuraient aux deux Canadiennes et à leurs proches le soutien nécessaire.

M. Bérubé a ajouté que le gouvernement ne ferait aucun autre commentaire sur cette affaire.

Le Ghana était auparavant considéré comme l'un des pays d'Afrique de l'Ouest les plus sûrs pour les étrangers, mais c'est la deuxième fois en quelques semaines que des étrangers sont enlevés à Kumasi.

En avril, un ressortissant indien avait été kidnappé à la pointe d’une arme à feu et ses ravisseurs avaient réclamé une rançon pour le libérer. L’otage a finalement été secouru lors d’une opération de la police.

Le ministre de l'Information a assuré mercredi que le Ghana restait un pays sûr pour les ressortissants étrangers.

En direct de 12:00 à 15:00
1979
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.