12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Disparition de la Québécoise Édith Blais au Burkina Faso: «La thèse de l'enlèvement se tient»

Disparition de la Québécoise Édith Blais au Burkina Faso: «La thèse de l'enlèvement se tient»

Disparition de la Québécoise Édith Blais au Burkina Faso: «La thèse de l'enlèvement se tient»Photo: La Presse canadienne
La Sherbrookoise Édith Blais (à droite) et son compagnon de voyage Luca Tacchetto

La Sherbrookoise Édith Blais et son compagnon de voyage Luca Tacchetto — disparus en décembre en Afrique occidentale — demeurent en vie selon un ministre du Burkina Faso. Selon notre journaliste Fabrice de Pierrebourg, la thèse de l'enlèvement est l'explication la plus probable.

L'histoire d'Édith Blais, 34 ans, et de Luca Tacchetto, 30 ans, demeure assez mystérieuse. Ils sont disparus depuis le 15 décembre. C’est un expatrié français qui les aurait vus vivants pour la dernière fois au Burkina Faso.

«Ils avaient passé la soirée et la nuit chez lui, dans la ville de Bobo-Dioulasso, dans le sud-ouest du Burkina Faso. Ils se dirigeaient vers le Togo, où ils envisageaient de faire du travail humanitaire. Mais avant, ils avaient décidé de faire du tourisme dans plusieurs pays africains de la région. Depuis décembre, c’est le silence total. […] La thèse de l’enlèvement par un groupe criminel, probablement djihadiste, se tient.»

Au cours d'une entrevue accordée à la télévision publique italienne (RAI), le ministre burkinabé des Communications, Rémis Fulgance Dandjinou, a affirmé que Mme Blais et M. Taccheto n'étaient plus en danger. Or, ils seraient détenus par des ravisseurs dans un pays voisin, le Mali. Chose certaine, les deux personnes ne sont pas en liberté, car ni le gouvernement canadien ni leur famille respective n'ont de nouvelles d'eux depuis quatre mois. 

D'après Fabrice de Pierrebourg, le Burkina Faso est en train de sombrer dans le chaos, comme le Mali situé juste au nord. Les djihadistes en feraient présentement leur «terrain de jeu», tout comme avec d’autres pays du Sahel. 

La ville de Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso

(Avec l'aide de La Presse canadienne)

En direct de 10:00 à 12:00
2973
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.