• Accueil
  • «Après ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, on ne pourra plus ignorer la menace de l’extrême droite»

«Après ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, on ne pourra plus ignorer la menace de l’extrême droite»

«Après ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, on ne pourra plus ignorer la menace de l’extrême droite» Photo: The Associated Press
Une policière est postée tout près de la mosquée linwood, l'un des lieux où sont survenus les attentats à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Les attentats survenus à Christchurch en Nouvelle-Zélande, vendredi, revêtaient un élément particulier dans la démarche d’un des présumés responsables de cette tragédie. Tout semblait planifié. Un extrémiste de droite, Brenton Tarrant, a diffusé en direct sur les réseaux sociaux les images du carnage… Selon David Morin, codirecteur de l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent terroriste, il faut prendre davantage au sérieux cette montée de l’extrême droite.

Dans une vidéo de plusieurs minutes, on verrait passer Tarrant de victime en victime, tirant sur les blessés à bout portant alors qu'ils tentent de fuir.

La folie du nationalisme fasciste

L'ancien instructeur de fitness, qui se présente comme «fasciste», est resté impassible lorsque son inculpation lui a été signifiée en cour, samedi.

Flanqué par deux policiers, il a même fait de la main droite le signe «OK» en joignant le pouce et l'index, symbole utilisé à travers le monde par les adeptes du suprémacisme blanc, selon l’Agence France-Presse.

En outre, il n'a pas pris la peine de demander de libération sous caution. La prochaine audience est prévue le 5 avril.

Visiblement, l’accusé est empreint d’une folie nationaliste et fasciste. Il avait d’ailleurs des idoles comme le Norvégien Anders Behring Breivik, terroriste d’extrême droite qui a notamment revendiqué les attentats d’Oslo et d’Utoya, qui ont fait 77 morts et plus de 150 blessés en 2011.

Par ailleurs, Tarrant avait écrit le nom du Québécois Alexandre Bissonnette (responsable de la tuerie de la grande mosquée à Québec) sur l’un de ses chargeurs.

Notons qu’il adhère à la théorie complotiste du «grand remplacement», qui laisse croire qu’il existe un processus de substitution de la population blanche occidentale par une population originaire de l’Afrique, qu’elle soit noire ou arabe.

«L’extrême droite n’est pas nouvelle. C’est une vieille idéologie considérée par plusieurs pays comme une menace à la sécurité nationale. Mais, avec l’essor du terrorisme djihadiste depuis les années 2000, les pouvoirs publics se sont beaucoup concentrés sur cette menace. Dans l’ombre, l’extrême droite s’est restructurée. D’abord au plan idéologique, avec l’aide des réseaux sociaux, et avec l'aide de groupuscules violents. Après ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, on ne pourra plus ignorer [le danger de l’extrême droite].» 

En direct de 15:00 à 18:30
1303
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.