• Accueil
  • Armes illégales et fraude à la PCU
Un juge fait le lien dans un dossier criminel

Armes illégales et fraude à la PCU

Armes illégales et fraude à la PCU
Photo : Getty Images

Pour une première fois, un juge a fait un lien entre la découverte d’armes à feu illégales et des fraudes associées à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) dans un dossier criminel.

À la fin novembre, le juge Yvan Poulin a décidé que les dizaines de milliers de dollars retrouvés dans les poches de 15 fêtards ne leur seraient pas rendus. La justice a fait un rapprochement entre des armes illégales et de la fraude à la PCU.

Lors d’une intervention des policiers du Groupe tactique d’intervention de Montréal, en juin 2020, des participants à une fête illégale ont écopé d’amendes d’une valeur d’environ 100 000 $.

« Les agents s’étaient présentés dans un lieu du Vieux-Montréal après avoir vu les fêtards exhibant leurs armes à feu et un sac de plastique contenant leur petite fortune sur le réseau social Snapchat », peut-on lire dans un article de Daniel Renaud publié dans La Presse. Plusieurs des participants traînent des dossiers criminels.

Au tribunal, plus tard, plusieurs fêtards ont expliqué au juge Poulin que leur magot provenait de la PCU.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
En ondes jusqu’à
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.