• Accueil
  • Procès Rozon | Témoignage percutant de Gilbert Rozon

Procès Rozon | Témoignage percutant de Gilbert Rozon

Procès Rozon | Témoignage percutant de Gilbert RozonCogeco Nouvelles
Gilbert Rozon

Le procès de Gilbert Rozon s'est poursuivi, mercredi, au palais de justice de Montréal.

Après un long délai juridique en fin de matinée, le contre-interrogatoire de la victime présumée a pu se poursuivre et prendre fin. 

Puis, ce fut au tour du magnat déchu de l'humour de témoigner. 

Et selon Philippe Bonneville, reporter de Cogeco Nouvelles qui assistait à cette deuxième journée de procès, le témoignage de Rozon a été percutant. 

«Il contredit complètement les affirmations de la victime alléguée. Gilbert Rozon prétend que c'est cette femme qui l'a réveillé alors qu'elle était en califourchon sur lui, pratiquement nue, en train de lui faire l'amour. Rozon a dit à la juge qu'il a été surpris, saisi, troublé par les agissements de cette femme, mais qu'il a malgré tout, décidé de la laisser faire. Il a aussi mentionné au tribunal qu'il n'inventerait jamais une histoire comme ça, que c'est la vérité et que c'est exactement ce qu'il a vécu. 

«Le tribunal a donc deux versions complètement contradictoires, deux récits complètement différents»

Fin du contre-interrogatoire de la victime présumée au procès pour viol et attentat à la pudeur de Gilbert Rozon.

6:09

Réactions après le Jour 1 du procès

Marie-Laurence Delainey, chroniqueuse au 98.5, revient sur son témoignage du jour 1 dans lequel elle affirme que le fondateur de Juste pour rire l'a violée dans une résidence de Saint-Sauveur en 1980.

Jour 1 du procès de Gilbert Rozon et avertissements versus constats en temps de COVID

3:44

Jour 1 du procès de Gilbert Rozon et avertissements versus constats en temps de COVID

Aussi: Le SPVM et la Sûreté du Québec affirment qu'il y a de plus en plus d’avertissements et d’appels mais pas plus de constats donnés en lien avec la Covid.

Détails

Avec Paul Arcand et Marie-Laurence Delainey Dans Puisqu'il faut se lever

« La défense a suggéré que c'était elle qui s'était rendue dans la chambre de Gilbert Rozon. On lui a demandé, entre autres, le moment précis de l'époque où ça s'était produit pour chercher des contradictions, le nombre de boutons aussi qu'elle avait sur sa chemise. Elle a dit qu'elle ne s'en rappelait pas parce que ça faisait quand même 40 ans... » 

L'effet Normandeau
En direct de 10:00 à 12:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.