• Accueil
  • Infractions, arrestations | Une manifestation antiracisme tourne au grabuge et au vandalisme à Montréal

Infractions, arrestations | Une manifestation antiracisme tourne au grabuge et au vandalisme à Montréal

Infractions, arrestations | Une manifestation antiracisme tourne au grabuge et au vandalisme à MontréalPhoto: Fabrice de Pierrebourg
Une partie des manifestants dans les rues de Montréal, dimanche.

Une manifestation contre la violence raciste exigeant l'impunité policière, qui avait débuté pacifiquement à Montréal, a dégénéré dimanche soir.

Selon la chroniqueuse aux affaires criminelles du 98.5, Marie-Laurence Delainey, les policiers auraient procédé à une dizaine d'arrestations après environ 70 infractions signalées en soirée.

Elle était au micro de Paul Arcand, tôt lundi matin, en compagnie du journaliste d'enquête, Fabrice de Pierrebourg.

Les deux ont relaté ce qu'ils ont vu.

Manifestation à Montréal en réaction au décès de George Floyd aux États-Unis: le compte-rendu de nos journalistes Marie-Laurence Delainey et Fabrice de Pierrebourg.

10:05

«Vers 20h30, la situation a dégénéré rapidement. Des vitrines ont été fracassées, au coin des rues Président Kennedy et Saint-Urbain. Les policiers ont lancé les premiers gaz lacrymogènes. Des casseurs ont commencé à vandaliser des commerces, briser des vitrines, dont celle de Steve's Music, sur Sainte-Catherine. Un homme a été arrêté par la police parce qu’il avait volé des guitares. Plusieurs autres personnes ont volé des objets dans les magasins. On m'a dit qu'il y aurait un bilan, mais 6 heures plus tard, on attend toujours. Mes sources parlent de 70 infractions, introductions par effraction, méfaits, et 12 ou 13 arrestations.» 

@fabricedp

Source: @fabricedp

@fabricedp

Source: @fabricedp

Vers 23 h, les policiers ont essayé de disperser les casseurs qui demeuraient sur place. 

Des milliers de personnes s'étaient rassemblées pour dénoncer notamment la mort de George Floyd, cet Afro-Américain qui a péri lors d'une intervention policière, lundi à Minneapolis.

Le SPVM a déclaré que la manifestation était illégale peu après 19h, après avoir observé des méfaits.

Aux États-Unis

Les organisateurs du rassemblement ont lancé une nouvelle invitation à manifester dimanche prochain.

Pendant ce temps aux États-Unis, les manifestations, parfois violentes, se sont poursuivies à travers le pays pour une sixième soirée de suite. 

Rappelons qu'un des agents impliqués dans la mort de George Floyd a été arrêté vendredi et inculpé pour homicide involontaire.

Mais les manifestants réclament son inculpation pour homicide volontaire, et l'arrestation des trois autres agents impliqués dans le drame.

Montréal, dans le calme... au début

Cette manifestation fait écho aux mobilisations et aux émeutes survenues aux États-Unis depuis quelques jours.

Tout en se déplaçant, les manifestants ont scandé «Black Lives Matter!» en guise de cri de ralliement.

Le rassemblement principal a eu lieu devant le quartier général du Service de la police de la Ville de Montréal (SPVM) en fin d’après-midi, entre le boulevard Maisonneuve et la rue Sainte-Catherine.

Le SPVM a d'ailleurs assuré les manifestants de leur soutien à la suite des événements survenus aux États-Unis, avant le début de la manifestation.

Tout s'est déroulé de façon pacifique et dans le calme jusqu'à 20h.

Des affontements verbaux ont suivi, le SPVM a déclaré la manifestation illégale et les forces de l'ordre ont demandé aux manifestants de se disperser à 20h15, ce que certains n'ont pas fait.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour disperser la foule et quelques vitrines de commerces ont été fracassées.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre François Legault avait commenté la situation. 

Drainville PM
En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.