12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link
  • Accueil
  • Procès d'Éric Salvail | «Pourrait-il travailler de nouveau en télévision?»

Procès d'Éric Salvail | «Pourrait-il travailler de nouveau en télévision?»

Procès d'Éric Salvail | «Pourrait-il travailler de nouveau en télévision?»Photo: La Presse canadienne, Paul Chiasson
Éric Salvail, au tribunal, à Montréal le 17 février

Éric Salvail a témoigné lors de son procès cette semaine. Il a notamment nié catégoriquement les allégations de la présumée victime Donald Duguay voulant qu’il l’ait agressé sexuellement dans une salle de bain de Radio-Canada.

M. Salvail a affirmé qu’il n'était même pas présent à Radio-Canada le jour de la présumée agression, qu’il a d’ailleurs qualifié de « farfelue ».

Mardi, c'est la présumée victime, Donald Duguay, qui avait été contre-interrogée par la défense de façon musclée. 

Après quatre jours de procès, le juge Alexandre Dalmau se retrouve avec des versions totalement contradictoires. 

Éric Salvail avait été arrêté le 15 janvier 2019 par les agents du Service de police de la Ville de Montréal, dans la foulée de nombreuses allégations d'inconduites sexuelles.  

L’ancien animateur et producteur de 50 ans fait face à trois chefs d’accusation : harcèlement, agression sexuelle et séquestration. Les faits qui se seraient produits entre avril et octobre 1993. La victime, Donald Duguay, a choisi de révéler son identité. Les deux hommes travaillaient alors à Radio-Canada, selon lui.

Durant son témoignage, M. Salvail a reconnu qu’il fait fréquemment des commentaires à caractère sexuel, et soutenu que c’était courant dans «l’environnement libéral» du milieu artistique de celui des communications.

«“C’est quoi ces pantalons, ça te fait un beau cul ?” J’ai dit ça 1000 fois dans ma vie à toute sorte de monde», disait-il à un enquêteur à l’automne 2018 (un extrait de cet interrogatoire a été présenté en cour).

Questionné par la Couronne, il a notamment dit qu'«tape sur les fesses, ce n’est pas agresser sexuellement» quelqu’un. 

7:12

«Ce qui est étonnant, c'est qu'Éric Salvail a dit qu'il aime créer des malaises, qui relèvent selon lui de l'humour. Il a dit que cela n'est plus acceptable en 2020. Pourrait-il travailler de nouveau en télévision? Je ne suis pas certaine. Avec ces déclarations, ce sera quasiment impossible.»

Cela dit, on est loin d'un verdict au procès d'Éric Salvail, qui demeure innocent jusqu’à preuve du contraire. 

Éric Salvail reviendra devant le tribunal le 11 mars. La poursuite précisera si elle désire présenter une contre-preuve.

En direct de 00:00 à 03:00
2128
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.