12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Arrêté 3 fois en 3 jours pour violence conjugale: «Il fallait tirer la plogue et le garder en détention»

Arrêté 3 fois en 3 jours pour violence conjugale: «Il fallait tirer la plogue et le garder en détention»

Arrêté 3 fois en 3 jours pour violence conjugale: «Il fallait tirer la plogue et le garder en détention» Photo: Kuzma / iStock / Getty Images Plus

Le Service de police de Sherbrooke a dû intervenir plusieurs fois au cours des derniers jours auprès d’un homme s’en étant pris à son ex-conjointe de façon violente. 

Dans un texte de Claude Plante paru pour le compte de La Tribune, on apprend qu’un individu de 32 ans a été remis en liberté deux fois avant d’être finalement arrêté une troisième fois… En trois jours, il aura été arrêté trois fois par les policiers, toujours pour des propos ou des gestes violents tenus à l’endroit de la même personne. 

«J’ai eu le goût de hurler [à la lecture de cette histoire]. C’est certain que je ne connais pas les tenants et aboutissants de ce dossier. La première fois, ce sont les policiers qui l’ont remis en liberté, avec la promesse de comparaître, plus des conditions, dont celle de ne pas communiquer avec la personne. Jusque-là, ça va. Par contre, il n’a pas respecté ces conditions. À la suite de la seconde arrestation, les policiers l’ont détenu. […] Le juge a décidé de le remettre en liberté, bien que la détention soit la règle. Il fallait tirer la plogue et le garder en détention… Oui, il est présumé innocent, mais on est en matière de violence conjugale…»  

Durant la troisième arrestation, les agents ont dû utiliser du poivre de Cayenne en aérosol pour maîtriser l’homme, qui manifestait un comportement violent.      

Finalement, la saga a connu une conclusion partielle, jeudi, lorsqu’il a finalement été amené devant le juge au palais de justice de Sherbrooke.

On ne connait toujours pas le verdict.

En direct de 00:00 à 03:00
1697
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.