12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Une maison de l’horreur à Laval

Une maison de l’horreur à Laval

Une maison de l’horreur à LavalCogeco Media

Ça fait des années que la résidence Louise-Vachon, à Laval, traîne une réputation exécrable. Certains la surnommaient même de «maison de l'horreur». On sait maintenant pourquoi.

La résidence Louis-Vachon accueille 16 patients souffrant de troubles graves du comportement. Des patients autistes ou déficients intellectuels qui sont incapables de fonctionner en société en raison notamment de leur violence.

Pour s’occuper de ces patients, la résidence embauche environ 40 employés.

Depuis des années, il y avait des rumeurs persistantes au sujet du climat de travail malsain qui régnait à cette résidence.   

«Quand on a eu cette nouvelle accréditation, il y a deux ans, dès le premier jour, on a constaté que rien n’allait à cet endroit. Les lieux physiques n’étaient pas adaptés et le climat, déjà à l’époque était malsain. Il y avait beaucoup d’intimidation. C’était un endroit qui a été laissé à lui-même pendant de nombreuses années»

À la suite d’une première lettre de dénonciation anonyme, il y a eu des suspensions avec solde durant la procédure d’enquête, mais aucune accusation n’a finalement été portée. Une deuxième lettre anonyme a suivi, mais en vain.

 

«C’était la loi de l’Omerta et les gens n’osaient pas parler»

Après les insuccès d’une troisième lettre de dénonciation anonyme, certains employés ont dénoncé ouvertement la situation.

 

«Il y a une enquête qui a été menée et ils ont découvert qu’une petite bande d’employés étaient violents avec les patients et les provoquaient volontairement pour s’amuser ou se venger. Et ça choquait les autres employés qui voulaient bien faire leur travail»

«Les gens qui ont dénoncé ont été intimidés, harcelés jusqu’à la maison avec des téléphones pour leur faire peur. On a crevé leurs pneus»

Depuis, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval a congédié neuf employés de la résidence en raison du régime de terreur qu’ils avaient instauré. Trois d'entre eux ont également été accusées au criminel.  

En direct de 00:00 à 03:00
2660
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.