• Accueil
  • Exclusif | Hausse majeure des blessures chez les signaleurs routiers

Exclusif | Hausse majeure des blessures chez les signaleurs routiers

Exclusif | Hausse majeure des blessures chez les signaleurs routiersphoto: Olaser / E+ / Getty Images

Forte hausse des blessures chez les signaleurs de chantier sur les routes du Québec.

En effet, elles sont passées de 47 en 2016 à 76 en 2018. Il s'agit d'une augmentation de plus de 60 % en deux ans.

En trois années, 183 signaleurs ont subi des lésions durant leur travail.

Aucune statistique n’est disponible à propos des années antérieures puisque les données sur les signaleurs routiers sont calculées de façon distincte seulement depuis 2016.

À l’analyse des données obtenues de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), on constate même qu’un signaleur a perdu la vie sur son lieu de travail.

Michel Carmel, qui a été victime d'une conductrice impatiente ayant possiblement foncé sur lui intentionnellement, est décédé à Bonsecours en Estrie, en 2017.

La femme n'a pas encore subi son procès.

Elle fait face à des accusations criminelles d'homicide involontaire, de délit de fuite, de conduite dangereuse et de voies de faits armés causant la mort.

Un métier difficile

Selon la CNESST, les signaleurs vivent un travail stressant. Ils sont souvent frôlés par des automobilistes impatients. Parfois, c'est encore pire.

À l’occasion, ils reçoivent des insultes et des blessures physiques importantes. L'impatience des automobilistes est d’ailleurs dénoncée par Jean-François Dionne, président de l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec. Depuis des années, il revendique davantage de sécurité sur les chantiers routiers.

M. Dionne souligne que les incidents sont nombreux sur les chantiers particulièrement dans la région de Montréal : Plusieurs sites de travaux se conjuguent mal avec la grande quantité d'automobilistes.

Heureusement, certaines municipalités prennent des moyens pour minimiser les risques. C'est le cas de la Ville de Sherbrooke, qui a augmenté la surveillance policière sur les routes.

En vertu de l’article 311 du Code de la sécurité routière, un signaleur, au même titre qu’un brigadier scolaire, a le pouvoir de demander à un automobiliste de s’immobiliser. Ce dernier doit respecter un tel ordre.  

L’ordre du signaleur a préséance sur la signalisation,  en l’occurrence un feu de circulation.

Article 311

Selon l’article  311 du Code de la sécurité routière,  lorsque la circulation est dirigée par un agent de la paix, un brigadier scolaire ou un signaleur chargé de diriger la circulation lors de travaux, toute personne doit, malgré une signalisation contraire, obéir à leurs ordres et signaux.

Des amendes sont prévues pour l’automobiliste qui ne respecte pas l’article 311.

- Avec les informations recueillies par notre journaliste Denis Couture

En direct de 11:00 à 18:00
1318
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.