• Accueil
  • Traversier NM Saaremaa I : «Ce fut long, mais nous sommes satisfaits» - François Bonnardel 

Traversier NM Saaremaa I : «Ce fut long, mais nous sommes satisfaits» - François Bonnardel 

Traversier NM Saaremaa I : «Ce fut long, mais nous sommes satisfaits» - François Bonnardel Photo: La Presse canadienne
Le traversier NM Saaremaa I, qui va assurer les liaisons quotidiennes entre Matane, Baie-Comeau et Godbout, sur le fleuve Saint-Laurent.
Entrevue François Bonnardel : Première traversée du Saaremaa | Le Apollo pourrait se retrouver dans le fond du Fleuve! | Ligne bleu, ça avance ? | 

11:26

Le NM Saaremaa I a effectué mercredi sa première traversée du fleuve Saint-Laurent afin d'assurer les liaisons quotidiennes entre Matane, Baie-Comeau et Godbout.

L’arrivée du traversier d’une capacité de 600 passagers, 150 véhicules et 12 camions, signifie le départ du NM Félix-Antoine-Savard, qui assurait tant bien que mal la navette entre les deux rives du fleuve depuis le 1er juin. L'utilisation de ce navire par la Société des traversiers du Québec (STQ) a été marquée par de nombreuses annulations de traversées en raison des conditions restrictives imposées par Transports Canada.

La Société des traversiers organisera mercredi à 7h une visite du nouveau traversier à la gare fluviale de Matane, une heure avant son départ, en compagnie de son PDG, Stéphane Lafaut. L'arrivée du navire de près de 98 mètres de long à la gare fluviale de Baie-Comeau est prévue vers 10h20. 

Le NM Saaremaa I, acquis en avril, quittera ensuite Baie-Comeau à 11h pour retourner à Matane.

Depuis son arrivée au Québec à la fin du mois de juin, le traversier construit en Norvège en 2010 a subi de nombreuses transformations pour être mis aux normes canadiennes et la STQ a dû assurer la formation des équipages en mer. Il est prévu que la STQ fasse appel au public pour le rebaptiser avec un nom québécois distinctif.

Les usagers de la traverse Matane/Baie-Comeau/Godbout ont subi de multiples interruptions de service depuis une avarie aux propulseurs du NM F.-A.-Gauthier, en décembre dernier. Ce navire italien flambant neuf avait été acquis en 2015 au coût de 175 millions $.

Un récif pour la plongée sous-marine ?

En désespoir de cause, la STQ a acheté un vieux traversier en fin de vie au coût de 2,1 millions $. Le NM Apollo n'aura finalement navigué que 21 jours avant d'être définitivement retiré de la circulation après une deuxième collision avec un de ses quais en trois semaines. Cet incident a révélé des problèmes structurels importants. 

«Le maire de Godbout aimerait faire de ce bâteau un récif [épave] pour la plongée sous-marine, dans le fleuve Saint-Laurent. Nous sommes toujours en négociations. Certains repreneurs pensent réutiliser le bâteau. On devrait avoir un compte-rendu à la rentrée parlementaire. Le démentèlement du NM Apollo coûterait quelques centaines de milliers de dollars.»

Le CTMA Voyageur et le NM Félix-Antoine-Savard ont tour à tour pris la relève, mais ont montré leurs limites.

Quant au NM F.-A.-Gauthier, il est toujours en cale sèche au chantier maritime Davie, de Lévis, où ses propulseurs ont été entièrement démontés à la suite de vibrations anormales. Ce bateau a une capacité de 800 passagers et de 180 véhicules.

«On prévoit que ce bâteau puisse naviguer de nouveau au début de l'automne. Mais, il est prématuré de le confirmer, car il les réparations pourraient subir des retards. Je veux m'assurer que ce navire soit fiable quand il sera remis en service.»

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.