12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Meurtre par compassion: Jocelyne Lizotte ne voulait pas finir comme sa mère

Meurtre par compassion: Jocelyne Lizotte ne voulait pas finir comme sa mère

Meurtre par compassion: Jocelyne Lizotte ne voulait pas finir comme sa mère

MONTRÉAL — Jocelyne Lizotte, une Montréalaise atteinte de la maladie d'Alzheimer à un stade avancé qui a été tuée par son mari au CHSLD, avait prévenu sa famille qu'elle ne voulait pas finir comme sa mère, qui souffrait elle aussi de la même maladie, a-t-on appris jeudi au procès.

La soeur de la victime, Johanne Lizotte, a témoigné jeudi pour la défense au procès de Michel Cadotte, accusé de meurtre au deuxième degré.

Lors de son décès, en février 2017, Jocelyne Lizotte, âgée de 60 ans, était au stade avancé de la maladie neurodégénérative et était totalement incapable de s'occuper d'elle-même, a-t-on appris plus tôt au procès. Mme Lizotte avait reçu un diagnostic de démence précoce à l'âge de 49 ans et au moment de sa mort, elle vivait au centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Émilie-Gamelin, à Montréal. Le couple était marié depuis 19 ans.

On avait aussi déjà appris au procès qu'un an avant sa mort, M. Cadotte avait demandé l'aide médicale à mourir pour son épouse. Mais le personnel du CHSLD lui avait répondu que Mme Lizotte n'était pas admissible.

Sa soeur, Johanne Lizotte, a révélé jeudi aux jurés que leur mère, décédée en 2005, était elle aussi atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mme Lizotte a soutenu que sa sœur lui avait confié à plusieurs reprises qu'elle ne voulait pas finir comme leur mère.

La défense a maintenant commencé à faire défiler ses témoins au procès de Michel Cadotte, et l'accusé devrait aussi être appelé à la barre.

Me Nicolas Welt a déclaré aux jurés dans sa déclaration liminaire que la défense ne contesterait pas le fait que M. Cadotte a mis fin aux jours de son épouse. La défense plaidera plutôt que M. Cadotte ne peut être tenu criminellement responsable du meurtre en raison de son état d'esprit au moment des faits.

L'avocat a promis aux jurés que M. Cadotte expliquera lui-même comment il a vécu ces événements de l'intérieur.

En direct de 03:00 à 07:00
1531
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.