• Accueil
  • La Commission de l'immigration et du statut de réfugié réclame plus d'argent

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié réclame plus d'argent

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié réclame plus d'argent

OTTAWA — La Commission de l'immigration et du statut de réfugié estime qu'il lui faudrait deux fois plus d'argent pour s'attaquer sérieusement à l'arriéré important de demandes d'asile, retard causé en partie par l'arrivée soudaine de migrants qui ont franchi la frontière de façon irrégulière.

Des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information montrent que la Commission, une agence indépendante, estimait en novembre 2017 qu'il lui faudrait 140 millions $ par an — auxquels s'ajouteraient 40 millions $ de coûts non récurrents supplémentaires — pour régler 36 000 dossiers de réfugiés supplémentaires chaque année.

C'est le nombre de dossiers que la Commission devrait régler pour réduire l'arriéré et pour faire face au nombre actuel de nouvelles demandes d'asile.

Dans le budget fédéral de l'année dernière, le gouvernement fédéral a finalement affecté sur deux ans 74 millions $ à la Commission afin de résorber l'arriéré des demandes de réfugiés au Canada, qui s'élève actuellement à plus de 64 000.

La Commission affirme dans les documents que cette somme ne sera pas suffisante pour régler les demandes en suspens dans un délai de deux ans, et qu'une stratégie à plus long terme est nécessaire afin de résoudre le problème.

Les documents révèlent également que les employés chargés du traitement des réclamations ont exprimé des préoccupations quant à la charge de travail lourde et aux problèmes de paye dus au système déficient Phénix. Ils ont demandé à la direction de déterminer à quel moment l'afflux de réclamations serait considéré comme une «crise».

1896
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.