12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Exclusif | Affaire Gilbert Rozon: sa propre belle-soeur parmi les victimes  

Exclusif | Affaire Gilbert Rozon: sa propre belle-soeur parmi les victimes  

Exclusif | Affaire Gilbert Rozon: sa propre belle-soeur parmi les victimes  Photo tirée de Facebook
Martine Roy

«J’ai figé. Je ne pouvais pas croire ce qui se passait. Je suis la sœur de son épouse.»

À l'aube du premier anniversaire du mouvement #MoiAussi, Martine Roy sort de l'ombre.

La belle-soeur de Gilbert Rozon allègue avoir été agressée sexuellement au milieu des années 1990 sur son lieu de travail, le Cabaret du Musée Juste pour Rire.

Selon son témoignage, Gilbert Rozon l'aurait approchée dans les coulisses d'une exposition du musée, demandant à lui parler dans une loge. Une fois à l'intérieur, il l'aurait «accotée sur le comptoir», lui aurait «baissé (ses) culottes» et l'aurait agressée.

Mme Roy affirme qu'elle est restée figée, ajoutant qu'elle n'en a pas parlé à l'époque parce qu'elle avait peur de lui et pensait que personne ne la croirait. Elle raconte qu'elle avait eu peur de tomber enceinte ou d'attraper une maladie.

Après avoir porté plainte au Service de police de la Ville de Montréal en décembre 2017, Mme Roy affirme avoir été rencontrée par les enquêteurs spécialisés en crimes sexuels. Elle dit n'avoir obtenu aucune nouvelle sur l'enquête depuis juin dernier. C'est d'ailleurs la lenteur des procédures qui l'a poussée à raconter publiquement son histoire.

Elle déplore que la lenteur des procédures et les conséquences liées au fait d'avoir été forcée de le côtoyer, malgré elle, aux funérailles de sa mère qui ont eu lieu cet été.

Les allégations n'ont pas été prouvées en cour.

Par ailleurs, elle raconte qu'elle continue de vivre dans la peur, puisque Gilbert Rozon est au courant de sa plainte.

Voici le récit bouleversant de Mme Roy, recueilli par notre journaliste Monic Néron.

Joint en France par la journaliste du 98,5 FM, Gilbert Rozon a réagi à ces nouvelles révélations.

Celui-ci lui a transmis une déclaration indiquant qu'il niait ces nouvelles allégations, tout comme les précédentes. 

«Je nie catégoriquement ces nouvelles allégations, tout comme les autres qui ont été faites à mon sujet durant les derniers mois.  J’ai l’intention de me défendre et espère que le système de justice, auquel je crois et avec lequel je suis prêt à collaborer, fera la lumière sur ces accusations sans aucun fondement. Je réserve ma version des faits pour ces instances et ne ferai aucun autre commentaire pour le moment.»

En direct de 15:00 à 18:30
2256
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.