• Accueil
  • Crise du logement à Montréal | «On ne veut laisser personne sur le carreau»

Crise du logement à Montréal | «On ne veut laisser personne sur le carreau»

Crise du logement à Montréal | «On ne veut laisser personne sur le carreau»Photo: E+ / Getty Images

Au lendemain du 1er juillet, grand jour de déménagement, 182 ménages se retrouvent sans logement ce jeudi matin, à Montréal.

Le taux d'inoccupation se situe à seulement 1,5%, le plus bas en 15 ans.

En entrevue avec Louis Lacroix, Robert Beaudry, membre du comité exécutif de Montréal, responsable du développement économique et commercial, de l'habitation et du design, a raconté comment ces gens sont hébergés.

Crise du logement: des chiffres inquiétants

12:51

Crise du logement: des chiffres inquiétants

Entrevues avec Robert Beaudry, membre du comité exécutif, responsable du développement économique et commercial, de l'habitation et du design, puis Martin Messier, président du Regroupement des propriétaires d’habitations locatives

Détails

Avec Louis Lacroix Dans Puisqu'il faut se lever

«On ne veut laisser personne sur le carreau, parce qu’on a pris en charge les gens qui n’avaient pas de logement. On a aussi entreposé leurs biens. C’est une situation critique pour ces ménages. […] Avec l’aide de l’Office d’habitation de Montréal, on s’est entendu avec des hôtels où les gens sont hébergés. On peut aussi s’entendre avec les propriétaires afin qu’ils puissent garder temporairement les personnes sans logement. La Ville de Montréal est financée par le gouvernement du Québec afin de venir en aide à ces gens.»

Le taux d’inoccupation est équilibré lorsqu’il est d’au moins 3 pour cent.

Quant à Martin Messier, président du Regroupement des propriétaires d’habitations locatives, il a affirmé que certains locataires a refusé de quitter leur logement en raison de la pandémie de COVID-19.

Les avis d'expulsion à la Régie du logement du Québec était d'ailleurs suspendus jusqu'au 6 juillet, pour les décisions rendues avant le mois de mars.

«Plusieurs propriétaires sont ainsi dans l'embarras tout comme certains nouveaux locataires, qui parfois ne peuvent habiter les lieux de leur nouveau logement», a indiqué M. Messier.

Face à la situation de pénurie de logement, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) interpelle le gouvernement du Québec. 

Musique
En direct de 03:00 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.