• Accueil
  • Marché immobilier | «L'attrait de la campagne est très fort»

Marché immobilier | «L'attrait de la campagne est très fort»

Marché immobilier | «L'attrait de la campagne est très fort»Getty Images
Exode des montréalais vers la banlieue avec George Bardagi, courtier immobilier.

8:17

Le confinement a frappé les esprits et mis les nerfs à rude épreuve pour des milliers de Québécois, mais dans un contexte où le repli était la norme, cette période n’a pas été vécue de la même manière dans les centres urbains et les régions.

Les quelques mois de confinement ont été parfois plus ardus pour ceux qui vivaient dans de petits appartements ou des condominiums à Montréal. Les grands espaces étaient plus rares qu’en région et la notion de distanciation sociale n’était pas la même.

Résultante : des centaines de résidants de Montréal songent présentement à quitter la ville et à s’installer dans des lieux avec plus d’espace.

Cette nouvelle mouvance des citadins est-elle temporaire? Selon le courtier George Bardagi, les recherches liées à l'achat d’une nouvelle propriété à l’extérieur de la ville ne mentent pas. 

« Il est évident qu’à court terme, on la sent cette demande. Tous les collègues de la campagne et des banlieues me disent qu’ils n’ont jamais vu une tendance aussi forte en plus de 30 ans.»

« Je pense que c’est une réaction tout à fait normale. Émotive, même. On a été confinés pendant longtemps.

« On a enlevé à Montréal, à court terme, ce que Montréal a de plus beau. Les gens se sont parfois retrouvés confinés dans des condos en télétravail, deux dans la même pièce… Peu d’espace extérieurs… Les bars et les restaurants fermés… Plus de spectacles…

« Là, l’attrait de la campagne est très fort. » 

En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.