• Accueil
  • «Qui a envie de voir des méthaniers sur le fjord du Saguenay?»

«Qui a envie de voir des méthaniers sur le fjord du Saguenay?»

«Qui a envie de voir des méthaniers sur le fjord du Saguenay?»
Getty Images/ Denis Lomme / EyeEm
0:00
13:37

Une quarantaine d’économistes a publié une lettre ouverte, mardi, afin de mettre en garde contre les prétentions écologiques du mégaprojet privé GNL Québec, au Saguenay.

Le mégaprojet GNL Québec prévoit la construction d’un gazoduc transportant le gaz naturel de l’Ouest canadien vers une usine de liquéfaction au Saguenay.

Selon ces signataires, le projet n’est pas plus avantageux économiquement qu’écologiquement.

Les commissaires Luc Ferrandez et Lise Ravary en ont discuté au micro de Paul Arcand.

«Énergie Saguenay dit que c’est pour remplacer du pétrole et du charbon qui seraient utilisés ailleurs dans le monde, donc que c’est un projet écologique. Mais on n’a pas la preuve de ça. Les économistes sortent (sur la place publique) ce matin pour dire : ‘’On n’est plus dans le remplacement du charbon et du pétrole par le gaz, on est dans le remplacement de tous les hydrocarbures, y compris le gaz, par de l’éolienne et du solaire à travers le monde''. En plus à la production, ce serait extrêmement dommageable. Sept millions de tonnes de CO2 par année, ce qui est l’équivalent de toutes les économies de CO2 qui ont été faites depuis 1990 par le Québec. Donc, un projet destructeur du point de vue de l’environnement»  

«Il y a une grande acceptabilité sociale dans la région pour ce projet qui serait créateur d’emplois, environ 1000 réguliers et 6000 indirects. Ce sont des Québécois qui sont derrière ça. Le problème ultimement, c’est un projet qui n’est pas carboneutre. Oui, on veut des emplois en région, mais nous disent-ils toute la vérité sur les enjeux réels? Qui a envie de voir des méthaniers sur le fjord du Saguenay?

«Non, ils ne disent pas la vérité. C’est tellement bien fignolé. D’ailleurs, ils ne s’appellent plus GNL, ils s’appellent Énergie Saguenay pour développer un mouvement d’appropriation»

En entrevue avec Bernard Drainville, Dominic Champagne a également dénoncé ce projet. 

«Il y a une quarantaine d'économistes qui viennent faire contre-poids à l'opération séduction des intérêts gaziers. À l'heure de l'urgence climatique, avec le plein-emploi au Saguenay, faire un chèque en blanc, aveuglément au projet GNL»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.