• Accueil
  • «Avec cette transaction, on va faire de l’argent» - Dominique Anglade

«Avec cette transaction, on va faire de l’argent» - Dominique Anglade

«Avec cette transaction, on va faire de l’argent» - Dominique Anglade
Photo: Archives 98,5 FM

Pour une deuxième semaine de suite, l’Airbus A220-300 a obtenu une nouvelle commande.

Lorsque la C Series est passé aux mains de l'avionneur européen Airbus, plusieurs analystes ont critiqué le gouvernement de se départir de ce joyau d’ici, alors que les Québécois y avaient déjà investi 1,3 milliard de dollars.

Mais depuis qu’Airbus en a pris les rênes, les commandes pour l’ancien avion québécois commencent à entrer à un bon rythme.

Payant pour les Québécois

Au Salon aéronautique de Farnborough, mardi, au Royaume-Uni, l'avionneur européen a annoncé un engagement pour 60 appareils A220-300, les anciens CS300. Un possible investissement de 6,7 milliards de dollars.

Cette commande s’ajoute à une autre commande de 60 autres avions A220 de la part de JetBlue, un transporteur à bas prix établi dans l'État de New York. 

«Cet avion, c’est l’attraction à Farnborough, a commenté Dominique Anglade, ministre de l’Économie, au micro de Louis Lacroix. On voit vraiment qu’on est en train de renouer avec la croissance, ce qui est bon pour l’écosystème québécois.»

Même si la ministre explique que l’assemblage de ces avions sera fait à Mobile, en Alabama, aux États-Unis, où on prévoit la construction d’une usine, le Québec n’y perd pas au change.

«Mais il y a des portions, comme le cockpit, qui viennent du Québec. C’est surtout le message que ça envoie à tous les autres marchés, aux Européens, aux Africains, aux Asiatiques, qui devraient certainement s’intéresser à ça. Vous savez que la ligne d’assemblage de Mirabel pourrait desservir tous ces autres marchés, autres que celui américain. Il y a des impacts positifs pour le Québec», a-t-elle assuré.

Selon Madame Anglade, l’investissement de 1,3 milliard de dollars des Québécois a déjà pris du coffre.

«Ça représente encore plus qu’on va entrer dans l’argent qu’on a investi. Aujourd’hui, le 1,3 milliard vaut 1,4 milliard. Avec cette transaction, on va faire de l’argent même si notre objectif initial était de préserver des emplois. » 

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.