• Accueil
  • Du 21 au 27 mars | 33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Du 21 au 27 mars | 33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Du 21 au 27 mars | 33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuellePhoto: Archives - Graham Hughes / La Presse canadienne
Vincent-Guillaume Otis

À l’occasion de la 33e édition de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle (SQDI), qui se déroule du 21 au 27 mars, le comédien Vincent-Guillaume Otis était de passage à l’émission de Patrick Lagacé lui qui est, pour une 11e année consécutive, l’un des porte-parole en compagnie de Gabrielle Marion-Rivard.

Pour l’acteur qui personnifie l’enquêteur Patrick Bissonnette dans la quotidienne District 31, cette cause est des plus importantes à ses yeux puisque son frère, Jean-Sébastien, vit lui-même avec une déficience intellectuelle.

Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, on en discute avec Vincent Guillaume Otis, comédien et porte-parole de l'événement

7:39

Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, on en discute avec Vincent Guillaume Otis, comédien et porte-parole de l'événement

Vincent Guillaume Otis, comédien, porte-parole de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Détails

Avec Patrick Lagacé Dans Le Québec maintenant

«J’ai appris qu’il ne faut pas prendre pour acquis la personne qui est devant toi et de ne pas juger la personne qui est devant toi. Et ensuite, ça a eu une incidence partout dans toutes mes relations. Et dans mon travail, ça me sert. Je lui dois ça à mon frère, de pouvoir faire ce travail-là.»

Il explique tout de même la difficulté pour les proches, à l’adolescence principalement de vivre aux côtés d’un proche vivant avec une déficience, mais qu’avec le temps, on en retire beaucoup de positif.

Il se félicite que le regard de la société a changé sur le sujet, mais qu’au-delà du regard, les ressources ou l’aide n’a pas suivi le changement de mentalité collectif. L’intégration dans les milieux de travail est aussi le nerf de la guerre et l’élément sur lequel l’accent doit être mis le plus rapidement possible.

Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, faut en parler

7:33

«L’ouverture envers les personnes vivant avec une déficience est importante, mais ce n’est pas assez. […] Les déficients intellectuels, c’est la catégorie de personne, je trouve, qui reçoit le moins en ce moment et ce serait assez facile de faire une grande révolution culturelle. […] Les centres de répit existent déjà, mais vraiment pas suffisamment.» 

Musique
En direct de 03:00 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.