Aller au contenu
Lettre de la PDG de Cogeco Média, Caroline Paquet

Et la radio, qui pense à elle ?

Et la radio, qui pense à elle ?
Un studio radio / Getty Images

Dans un monde où tout va trop vite, on tient souvent pour acquises les choses qui nous semblent immuables. C’est quand elles ont disparu qu’on se rend compte qu’il aurait fallu agir pendant qu’il était encore temps. Il s’agit d’une situation à laquelle les stations de radio commerciales de partout au pays, particulièrement celles évoluant en région, pourraient être confrontées si rien n’est fait pour leur venir en aide.

Cogeco Média, c’est 21 stations à travers diverses régions du Québec : Montréal, Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke, Gatineau, Saguenay, Lac-Saint-Jean, Saint-Jérôme et Lachute. C’est aussi plus de 650 employés à travers la province qui produisent tous les jours du contenu local d’information et de culture. C’est au-delà de 4,5 millions d’auditeurs chaque semaine. Nous sommes un joueur important de l’écosystème radiophonique québécois.

Mais cet écosystème vit des moments extrêmement difficiles. Pourquoi ? Les annonceurs délaissent les médias locaux et déplacent leurs investissements publicitaires vers les plateformes numériques étrangères qui, elles, ne sont pas assujetties aux mêmes réglementations et régimes fiscaux. Ajoutez à cela un fardeau réglementaire important pour les radios commerciales et des politiques gouvernementales qui soutiennent la presse écrite par l’intermédiaire d’incitatifs fiscaux, mais qui excluent la radio commerciale et créent une iniquité fiscale et un déséquilibre concurrentiel au sein même de l’industrie des médias.

Les conséquences de voir disparaître des stations de radio risquent d’être majeures non seulement pour notre culture et notre langue, mais aussi, jusqu’à un certain point, pour la santé de notre démocratie et pour notre développement économique.

Si les radiodiffuseurs se révèlent essentiels à la vitalité du secteur culturel québécois, ils le sont tout autant en matière d’information. Que ce soit en diffusant les œuvres musicales des artistes d’ici ou en accueillant en ondes celles et ceux qui font l’actualité, la radio demeure une vitrine essentielle et accessible à tous.

Oui, certains gestes sont faits par les gouvernements pour pallier cette situation. À cet égard, je tiens à saluer l’adoption récente du projet de loi C-11. Mais je dois également faire une mise en garde : intégrer les plateformes numériques étrangères dans le giron réglementaire canadien c’est bien, mais ce n’est là qu’un côté de la médaille.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00