Aller au contenu
Chronique économique

Difficulté financière du Groupe Sélection: «Il y a un prix à la désorganisation»

Difficulté financière du Groupe Sélection: «Il y a un prix à la désorganisation»
Pierre-Yves McSween, chroniqueur économique
Photo : 98.5

On a appris récemment dans plusieurs médias que le Groupe Sélection, qui exploite des résidences pour personnes âgées, a de sérieux problèmes financiers, à tel point qu’il s’est placé à l’abri de ses créanciers. 

La plus importante entreprise propriétaire de ce type de résidences au Québec, dirigé par l’homme d’affaires Réal Bouclin, a obtenu du tribunal, lundi, la permission de recourir à la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), le temps de redresser sa situation financière.

« Comme entreprise privée, elle n’a pas les mêmes obligations légales qu’une compagnie publique. Il y a trois grandes parties prenantes : le fisc, les banquiers-créanciers et les partenaires. C’est eux qui réclament parfois une organisation financière structurée. Il y a un prix à la désorganisation. »

Face au train de vie luxueux de la famille du président fondateur Réal Bouclin, les créanciers sont notamment offusqués de constater que la direction de l’entreprise ne paye pas certaines de ses dettes.

Profits des épiciers

Durant son entretien avec l’animateur Paul Arcand, Pierre-Yves McSween traite aussi des profits des épiceries. 

-> Écoutez l'intégralité de la chronique de Pierre-Yves McSween.

Vous aimerez aussi

Plus avec Pierre-Yves McSween

Le président de la FED donne espoir aux marchés boursiers
Pierre-Yves McSween et la PCU: « Le party est fini »
«Ce matin, je me prends pour un Ricardo» -Pierre-Yves McSween
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En ondes jusqu’à 07:00
En direct
75