Aller au contenu
MLS

Le coup de génie de Wilfried Nancy

Le coup de génie de Wilfried Nancy

Le CF Montréal a égalé samedi soir le record de tous les temps en MLS récoltant une sixième victoire de suite sur la route, une marque que détenait à eux seuls les Earthquakes de San Jose. Qu’est-ce qui explique cela?

La fiche de l’Impact sur la route (10-4-2) explique en grande partie les succès que connaît l’équipe au classement dans l’Est.

Lors du camp d’entraînement, Wilfried Nancy nous avait expliqué qu’il désirait voir son équipe jouer de la même façon à domicile que sur la route. C’est bien beau le dire, il n’était pas le premier entraineur à parler ainsi. Je l’ai entendu, mais bien honnêtement, je n’y ai pas cru.

Dans la MLS, il y a depuis toujours cette mentalité qu’il faut gagner et offrir un spectacle à domicile devant ses partisans, et tenter de ne pas perdre quand on joue sur la route.

Je me suis souvent demandé pourquoi. Personne n’a véritablement été capable de me répondre clairement. Reste qu’à l’époque, avec de longs vols commerciaux, des calendriers compressés et seulement trois changements, ça avait quand même du sens. Les voyages étaient longs et éreintants et ça devenait impossible pour les joueurs d’être aussi performants sur la route qu’à domicile.

Changer cette perception

Nancy a été le premier à réaliser que ces réalités n’existent plus, et que cette façon de penser est révolue. Avec les vols nolisés, le calendrier qui est redevenu plus espacé et les cinq changements à sa disposition, il n’y avait plus d’excuse : il fallait commencer à mettre la pédale au fond, même sur la route.

Le CF Montréal est excellent en contre-attaque, et Nancy le sait très bien. Étant donné que pour plusieurs équipes de la MLS, la mentalité n’a pas changé, Nancy s’est rendu compte qu’il y avait, pour son équipe, un coup à jouer.

Quand les équipes locales allaient commencer à ouvrir le jeu, plutôt que de demander à ses joueurs de défendre, il allait leur demander d’attaquer ! De toute façon, stationner l’autobus n’a jamais été le point fort de l’Impact.

Normalement les équipes locales s’attendent à ce que l’équipe visiteuse joue pour la nulle et ferme le jeu. Nancy fait le contraire, il les frappe là où ça fait mal. Au moment où ils s’y attendent le moins…

Ils veulent offrir du spectacle à leurs partisans, et c’est à ce moment précis où le CFM devient le plus dangereux. Ils ont puni leurs adversaires à maintes reprises cette saison de cette façon. La stratégie fonctionne!

Clairement, il y aura éventuellement un ajustement. Les équipes sauront à quoi s’attendre lorsque le CF Montréal viendra dans leur ville. Ç’a été le cas samedi en Nouvelle-Angleterre où les Revs ont hésité à ouvrir le jeu contre Montréal. Mais en fin de match, ils n’ont pas eu le choix, ils avaient besoin des trois points. Une nulle de 0-0 n’était pas suffisante pour eux. Montréal en a profité pour marquer le seul but du match. 

Dans une ligue, les équipes vont souvent tenter de copier le modèle des autres formations qui ont du succès. Sûrement que d’autres clubs de la MLS regarderont cette stratégie en se disant qu’ils peuvent faire pareil. Ça risque de se concrétiser dès l’an prochain. Entre-temps, Nancy aura été le premier à déceler la faille dans le système. Il aura été responsable d’un changement drastique des philosophies dans cette ligue qui opérait de la même manière depuis des lunes.

Et pour ça il faudra lui en donner le crédit.

Vous aimerez aussi

Plus avec Luc Ferrandez

Commission Normandeau-Ferrandez: Qu’est-ce qui explique les résultats de la CAQ?
Tua Tagovailoa | Hockey Canada : un 2e fonds pour les agressions sexuelles!
Du Maghreb à Val-d’Or... une belle histoire d'immigration !
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En ondes jusqu’à 12:00
En direct
75