Aller au contenu
Manque de personnel en pédopsychiatrie

Des enfants hospitalisés avec des adultes

Des enfants hospitalisés avec des adultes
/ Photo: FatCamera / E+ / Getty Images
0:00
7:53

La Presse a révélé samedi que plusieurs enfants avec des problèmes de santé mentale sont hospitalisés avec des adultes. Le manque de pédopsychiatres ou de place dans les unités de pédopsychiatrie serait à l'origine de cette situation. Ces jeunes patients côtoient donc parfois des personnes psychotiques, suicidaires ou potentiellement agressives. 

Dr Claire Gamache, présidente de l'Association des médecins psychiatres du Québec qui a dénoncé la situation, discute de ce problème à l'émission Même le week-end.

Les répercussion sur les enfants

La docteure souligne que la plupart du temps, les enfants n'ont pas besoin d'hospitalisation. Toutefois, lorsqu'une telle mesure est nécessaire, il est préférable de les séparer des adultes.

Selon ses propos, il est plus bénéfique pour ces enfants de se retrouver avec des jeunes qui souffrent de la même problématique qu'eux et de leur éviter d'en avoir une image dramatique et erronée. 

«On hospitalise des adultes qui sont psychotiques, agités, intoxiqués ou très souvent agressifs. On ne veut pas que nos enfants voient ça. Ce serait de les exposer à un certain désespoir de ce que c'est de grandir avec une maladie mentale.»

Plusieurs années d'Université

Elle avance également que le manque de personnel, encore plus grand chez les pédopsychiatres que chez ceux qui traitent les adultes, peu s'expliquer par la durée des études pour accéder à cette profession.

«On a un peu plus de mal à recruter des pédopsychiatres car ils sont plus longs à former. C'est un an de plus et donc on est rendu à 11 ans d'Université.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Vous aimerez aussi

Plus avec Élisabeth Crête

«On l'oublie, mais vraiment, on est bien au Québec!» -Jérémy Demay
«La grande question c'est :pourquoi l'humain en veut-il toujours plus?»
«Tout est devenu acceptable pour amasser de l'argent»
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En direct
En ondes jusqu’à 20:00