Aller au contenu
Gervais pose des petits gestes qui payent

Match amical de l’Impact : le meilleur et le pire de Filo!

Match amical de l’Impact : le meilleur et le pire de Filo!
Jeremy Filosa
Photo: Courtoisie - Jeremy Filosa

Le CF Montréal organise annuellement un match pour les médias sur la pelouse du Stade Saputo. Mais cette année la formule était différente, on avait aussi invité les anciens de club pour venir y participer.

Comme chaque année, j’ai reçu une invitation du club pour venir participer à l’évènement. Sauf que cette année, le match se jouait au Centre Claude Robillard et devant une foule. Ça ajoute au plaisir. Mais attention, la veille du match, Patrick Vallée, le directeur des communications m’envoie un message pour me demander si je jouerais gardien. J’ai accepté!

Je joue gardien assez souvent depuis six mois, puisque nous manquons de cerbères dans ma ligue de garage, et mes maux de dos m’empêchent de jouer dans le champ deux fois par semaine. Alors c’est un go! Mais attention, je suis loin d’être un grand gardien.

L’uniforme qu’on m’a attribué était rose fluo, j’avais l’air d’un gros bonbon bien enveloppé!

Une première demie correcte

Après m’être échauffé devant les tirs puissants d’Ali Gerba, le match commence. Heureusement, j’ai Gabriel Gervais devant moi comme général de ma défensive. Je peux compter sur lui pour contrôler ma surface.

Dès les premiers instants, une attaque se forge devant moi et déjà je suis dans le trouble. Je glisse les pieds par en avant dans le but de tenter de soutirer le ballon à Charles Gbeke, je manque mon coup, mais mes défenseurs me sauvent le derrière. Sur la même séquence, le ballon se dirige vers mon poteau de droite, je saute pour le boxer, mais en même temps j’enfourche le poteau! Ding dong! Heureusement pour les bijoux de famille, plus de peur que de mal.

Le match se poursuit et Gbeke et Biello arrivent tous deux à me battre. Je tente un seul long dégagement, un peu mal ajusté, et j’entends notre entraîneur John Limniatis m’enguirlander à partir du banc. Woops! Le reste du match, je me suis contenté de jouer à court avec Gervais et Wandrille Lefèvre.

La présence de la foule fait tellement la différence. Je les entends crier, autant quand j’encaisse un but que lorsque je fais un beau jeu. Pas le choix que d’être dedans. Ils étaient quelques milliers et ils faisaient sentir leur présence.

Une deuxième demie plus difficile

À ma grande surprise, l’entraîneur des gris, Valerio Gazzola ne fait pas tourner son effectif en deuxième demie. Ignacio Piatti et Mauro Biello sont toujours sur le terrain. Quoi? Ouff…

Aidés de Sandro Grande cette fois-ci, les anciens de l’Impact rugissaient sans cesse vers mon filet.

Nacho arrive enfin à avoir le meilleur de moi. Pourchassé pas Wandrille, Nacho approche la surface. Je sors donc pour lui couper l’angle de tir. Mais à ma grande surprise, il me lobe le ballon par-dessus l’épaule et je suis battu. Que voulez-vous, Nacho c’est Nacho, et les partisans sont venus pour ça!

Heureusement j’ai pu me ressaisir plus tard en arrêtant un plomb de Piatti, que j’avais quand même vu arriver à partir de l’entrée de la surface. Ça été mon moment de gloire de la soirée!

Nous nous sommes inclinés 6-2, sans top d’aide de ma part.

Un coup de chapeau aux organisateurs

L’évènement s’est très bien déroulé. Tout roulait comme sur des roulettes de A à Z. J’ai eu beaucoup de plaisir à revoir autant d’anciens de l’équipe se retrouver et savourer une belle soirée d’été à Montréal. J’avais l’impression de retrouver l’Impact.

Cette grande famille des anciens qui est imposante et remplie de volonté et d’expérience. C’est un groupe tissé serré, et, n’eût été Gervais, probablement que ça n’aurait jamais eu lieu. 

Je me sens choyé d’avoir pu les côtoyer, rire et prendre du plaisir à leurs côtés. Des membres actuels du club sont même venus faire leur tour. Kei Kamara et Djordje Mihailovic ont pris le temps de serrer des mains et prendre des photos. 

Même Joey Saputo était sur place et il semblait bien s’amuser. On pouvait voir le sourire dans son visage toute la soirée. Il m’a taquiné sur mes talents de gardien, et c’était correct ainsi.

À ma sortie du terrain, j’ai pris plusieurs minutes pour jaser avec les amateurs. J’ai été surpris de voir combien d’entre eux voulaient me parler de soccer et de la saison du CF Montréal. J’avais affaire à des passionnés. Là j’étais dans mon élément!

Tel que je le mentionnais dans mon texte d’hier, ce type d’évènement s’arrime dans la vision du président Gervais, et fera assurément des petits sur le long terme. Une chose est certaine, c’est vraiment bien parti!

Vous aimerez aussi

Plus avec Patrick Lagacé

Les films préférés des chef de partis du Québec
Marilou porte-parole de Hyundai : la décision d’affaires d’une marque
Élections : Quelles sont les courses intéressantes à surveiller ?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
L'effet Normandeau
En ondes jusqu’à 12:00
En direct
75