Aller au contenu
Entrevue avec le ministre de la Sécurité publique

La jeunesse et le contrôle des armes à feu

La jeunesse et le contrôle des armes à feu
Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino (à droite) parle lors d'une conférence de presse, jeudi. Il est aux côté du chef de police de la station 49, Emmanuel Anglade.
Photo : La Presse Canadienne

Ottawa versera près de 42 millions de dollars au gouvernement Legault pour lutter contre la violence armée et les gangs de rue. Écoutez Marco Mendicino, ministre de la Sécurité publique.

Cet argent servira principalement à attaquer les causes de la criminalité et à financer l’initiative Centaure, une cellule de plusieurs corps de police mise sur pied l’automne dernier. Celle-ci lutte contre la violence par arme à feu.   

« Concrètement, l’argent sera utilisé par les organismes locaux qui créeront des espaces plus sécuritaires pour les jeunes, afin que ceux-ci puissent développer des habiletés et des compétences. Par exemple, des programmes et des services pour faciliter leur éducation ou leur carrière, particulièrement les jeunes à haut risque. C’est une partie d’une stratégie afin de réduire la violence par arme à feu. »

Les 41,8 millions seront versés grâce au Fonds pour bâtir des communautés plus sécuritaires, un programme fédéral mis sur pied en mars 2022 pour prévenir la violence armée et aider les jeunes à faire des choix judicieux.

Mentionnons que le jeune homme de 26 ans, Abdulla Shaikh, suspect pour le meurtre de trois personnes à Montréal et Laval en 24 heures, avait une arme à feu en sa possession lorsqu’il a été interpellé par des policiers, jeudi matin.

Questionné par Louis Lacroix quant à de nouvelles mesures pour assurer un meilleur contrôle des armes à feu au pays, Mendicino aborde le projet de loi C-21, certes, mais aussi les stratégies de prévention.

« Il y a notamment des défis à la frontière et dans certaines communautés autochtones. Nous proposons aussi un gel national des armes de poing. Chose certaine, le statu quo n’est pas acceptable. Il faut renverser la tendance. Cela dit, il faut adresser la cause fondamentale : une jeunesse [mieux encadrée]. »

Vous aimerez aussi

Plus avec Louis Lacroix

Offrir un livre québécois jeunesse à un enfant défavorisé
Chronique techno: une application pour entendre des sons qui vous manquent
Jean-Robert Lecoq avait côtoyé Olivia Newton-John lors d'un tournage
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75