Aller au contenu
Observatoire des tout-petits

Familles: Les conséquences des logements trop petits

Familles: Les conséquences des logements trop petits
Photo La Presse Canadienne

Un sondage Léger pour l'Observatoire des tout-petits révèle que près d'un parent sur trois vit un niveau de stress élevé en lien avec sa situation d'habitation actuelle et que chez les locataires, cette proportion atteint près de la moitié. 

D'ailleurs, trois parents locataires sur cinq doivent changer leurs habitudes pour arriver à payer leur loyer, en limitant par exemple les activités avec leurs enfants, ou en réduisant les dépenses en vêtements et nourriture de leur famille. 

Le sondage révèle aussi la difficulté éprouvée par des parents de trouver un logis de taille suffisante. 

La directrice de l'Observatoire des tout-petits, Fanny Dagenais, explique les impacts potentiels d'un logement trop étroit.

« Le fait d'être trop nombreux dans un logement, ça devient bruyant, chacun n'a pas son espace, ça peut avoir des répercussions sur la qualité des interactions entre les membres de la famille, entre le parent et l'enfant et bien entendu, ça peut augmenter le risque de maltraitance. À un moment, on devient irritable, on est impatient, on dort mal et la situation peut se produire. »

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75