Aller au contenu
L’opposition à laquelle s’attaque le Lightning

«L’Avalanche, c’est un animal différent» -André Tourigny

«L’Avalanche, c’est un animal différent» -André Tourigny
Bruce Bennett/Getty Images

André Tourigny, l’entraîneur-chef des Coyotes de l’Arizona, affronte plus souvent l’Avalanche du Colorado que le Lightning de Tampa Bay durant une saison.

Il a d’ailleurs été derrière le banc de l’Avalanche en qualité d’entraîneur adjoint il y a quelques années.

S’il était à la barre de l’une ou l’autre des deux formations en finale de la coupe Stanley, quelque tactique tenterait-il de privilégier, lui a demandé l’animateur Mario Langlois?

« Ça dépend des forces et des faiblesses de chaque club. Premièrement, tu as toujours un plan pour essayer de contrer l’adversaire et d’exploiter certaines faiblesses de l’adversaire. Le plan est bon jusqu’à huit heures… et dix, à peu près. À huit heures et dix, tu t’aperçois s’il marche ou s’il ne marche pas. »

Qui semble avantagé en ce début de série?

« Je pense que l’Avalanche, c’est un animal différent. Je pense qu’ils sont plus puissants, plus rapides, plus explosifs… L’attaque vient d’en arrière, vient d’en avant, vient de partout… Ça va être le plus gros test auquel le Lightning a fait face.

« À l’inverse, je peux dire la même chose. Ça va être le plus gros test que l’Avalanche n'a jamais eu défensivement. Je pense que Tampa Bay, à la défense, ils sont exceptionnels. Les joueurs sont gros, ils sont matures, ils sont patients. Ils sont structurés. Leurs défenseurs sont excellents défensivement. »

Vous aimerez aussi

Plus avec Mario Langlois

«Safarir» à la radio ce samedi dès 21h
«Jusqu'à la fin, tu y crois» -Louis-Philippe Fontaine
«On a sélectionné tous les joueurs qu'on voulait» -André Tourigny
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75