Aller au contenu
Quel gâchis chez Soccer Canada

Soccer Canada et ses joueurs: le blâme des deux côtés

Soccer Canada et ses joueurs: le blâme des deux côtés

Pour la première fois depuis des lunes, la communauté de soccer canadien est finalement excitée à l’idée de voir son pays participer à la Coupe du monde. Et après la fête qui a suivi la qualification du Canada au mois de mars dernier, on se retrouve dans une impasse.

Maintenant que le Canada est qualifié et que des sommes intéressantes vont finalement commencer à entrer dans les coffres, la chicane survient!

Les joueurs ont réalisé des pas de géant l’an dernier, réussissant la longue traversée du désert pour se qualifier pour la Coupe du monde. Et avec panache, accrochant la première place de phase finale.

Et les joueurs veulent être payés!

Les joueurs ont le sentiment que sans eux, jamais Soccer Canada n’aurait pu compter sur ces nouvelles sommes et ils ont raison. Sans eux, rien de tout cela ne serait possible. Mais il faut aussi comprendre que c’est la première véritable chance que possède la fédération d’injecter des sous dans les sphères de son programme.

Une entente de travail qui compterait un pourcentage croissant pour les joueurs pour chaque Coupe du monde serait intéressante. Mais ce qui est le plus désolant c’est d’avoir dû annuler ce match face au Panama.

L'image à l'international

Rappelons que ce pays avait accepté à la dernière minute de remplacer l’Iran, qui devait être l’adversaire du Canada, originalement. Les joueurs n’ont été informés que quelques heures avant le début du match que ce dernier n’aurait pas lieu. 

Je serais curieux de connaître les salaires des joueurs du Panama, qui dans plusieurs cas n’approchent probablement pas ceux de certains joueurs du Canada. Je n’imagine pas leur consternation. Et quel genre d’image projette le Canada, qui a dû annuler deux matchs inernationaux en l’espace de deux semaines

Qui maintenant prendra le Canada au sérieux lorsque le téléphone sonnera? C’était déjà difficile avant d’organiser des matchs amicaux, imaginez aujourd’hui.

Soccer Canada a beaucoup de travail à faire. C’est une fédération d’ordre mineur qui entre dans les ligues majeures, mais qui n’a pas l’expérience, l’expertise ou la main-d’œuvre pour atteindre tous ses objectifs. 

Et je comprends les joueurs de vouloir faire bouger les choses, mais l’annulation du match de dimanche pour moi n’était pas justifiée. Rappelons que la fédération de soccer des États-Unis et ses joueurs ont pris 6 ans avant d’en venir à une entente. C’est très long, trop long, mais jamais ils n’ont dû annuler un match.

Rappelons que les sommes qui sont à l’enjeu ne sont dues aux joueurs qu’en janvier prochain. Alors, où était l’urgence? On a brisé le lien de confiance avec les amateurs, qui commençait finalement à se bâtir.

Équité salariale

Là-dedans, il y a aussi les femmes. Si on veut faire comme les Américains et rendre les salaires équitables, il devient impossible pour les hommes de toucher 40% de bourse. Car en donnant le même montant aux femmes, il ne resterait plus que 20% pour la fédération.

Les sommes d’argent perdues dimanche soir à Vancouver ne sont pas récupérables. Les pertes encourues non plus. Personne n’en sort gagnant. Sans oublier que pendant que toutes les grandes nations se préparent pour la Coupe du monde en disputant des matchs, le Canada se tourne les pouces.

Si jamais on doit annuler le match de la Ligue des nations jeudi, des répercussions sévères pourraient s’en suivre, incluant l’exclusion du Canada à la prochaine Gold Cup. Encore une fois des revenus perdus!

Pour l’amour du bon sens, les deux clans se doivent de mettre cela derrière eux et rapidement. Pourquoi on semble toujours trouver le moyen de se tirer dans le pied, ici alors que tout est déjà tellement compliqué pour le soccer ici.

Pour une fois que la vague semblait positive, les incidents des derniers jours sont tout simplement impardonnables, autant d’un côté comme de l’autre. 

On va se le dire, il y a des raisons pourquoi le soccer est si difficile à vendre au Canada, et la désorganisation en est une raison majeure. On va se le dire, c’est difficile d'aimer ce sport ici.

Soccer Canada doit commencer à se comporter comme une fédération d’ordre mondiale, et les joueurs doivent commencer à agir comme des athlètes qui ont la confiance nécessaire qu’ils ont tout pour se classer pour le mondial tous les quatre ans et que tout ne repose pas sur cette simple qualification. 

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75