Aller au contenu
Panthers de la Floride

Jérôme Burke, le Québécois qui a gravi les échelons en Floride

Jérôme Burke, le Québécois qui a gravi les échelons en Floride
Le Québécois Jérôme Burke, indispensable chez les Panthers
98.5 Sports

Jeremy Filosa est en Floride pour une série de reportages sur le soccer et le hockey. Il était à Sunrise pour rencontrer un Québécois qui occupe un poste important au sein des Panthers.

(Sunrise) - Le Canadien est apparemment à la recherche de Québécois pour bâtir son équipe administrative de hockey. Il y en a un qui évolue chez les Panthers de la Floride et qui s'appelle Jérôme Burke.  

Après avoir étudié en finances à McGill, Burke décide de quitter le Québec afin de poursuivre ses études en Floride, là où il a pu se spécialiser dans le sport, le domaine qui le passionne.

Via ses études, il a obtenu des stages avec les Dolphins, mais aussi avec les Panthers de la Floride, et c’est là que tout a débuté pour lui.

« Je suis arrivé ici il y a dix ans. Percer dans le monde du sport au Québec, ce n’est pas évident. Quand je suis arrivé ici, je ne savais pas pendant combien de temps j’y resterais, mais voilà que 10 ans plus tard, je suis toujours là. »

Non seulement est-il toujours là, mais pendant ces 10 dernières années, il a monté l’échelle dans l’organigramme du club. Il occupe présentement le poste de directeur administration hockey. 

« Quand j’ai commencé comme stagiaire, je n’avais que de petites tâches administratives. Mais avec les années, j’ai occupé plusieurs fonctions, autant du côté hockey qu’administratif. Aujourd’hui je fais partie de l’équipe de direction hockey avec notamment Bill Zito et Roberto Luongo. Je m’occupe par exemple des papiers d’immigration pour nos joueurs mais j’aide aussi au niveau du plafond salarial. »

C’est une histoire incroyable pour Burke, qui a risqué le tout pour le tout en prenant une chance il y a bien longtemps.

« Il ne faut pas avoir peur et surtout être prêt à accepter tous les défis dans la vie pour réaliser ses rêves. Chaque étape je leur ai montré que j’étais capable de faire le travail. Nous avons mangé notre pain noir pendant des années ici, mais finalement nous sommes récompensés. L’équipe gagne et le club n’a jamais été aussi populaire ici en Floride depuis que j’y suis. Pour moi c’est comme une récompense. »

Un lien particulier avec les Québécois

Il va sans dire que Burke a un rapport particulier avec les Québécois de l’organisation comme Luongo et Jonathan Huberdeau. 

« C’est spécial de pouvoir continuer à parler français, ma mère insiste là-dessus. Quand j’ai la chance de croiser des Québécois dans l’édifice, j’essaie toujours de leur parler en français, ils trouvent toujours ça très spécial de voir un employé leur adresser la parole en français. »

Burke a d’ailleurs révélé être un bon ami d’Émilie Castonguay, récemment embauchée par les Canucks à titre d’assistante au directeur général.

« Émilie et moi, on a étudié ensemble au secondaire au Collège Notre-Dame. Je suis très heureux pour elle. Elle le mérite vraiment. Elle a travaillé très fort pour se rendre là. Elle connaît son hockey et je suis heureux de voir que les Canucks ont vu son potentiel. »

Selon Burke, les années d’inquiétude par rapport à la franchise des Panthers sont chose du passé. Selon lui, à « 99,9% », on ne parlera plus de déménagement possible. Leur avenir serait, ni plus ni moins, assuré.

Et à savoir s’il écouterait si le Canadien venait un jour cogner à sa porte, sa réponse ressemble un peu à celle de Kent Hughes; on ne peut jamais dire non aux Canadiens de Montréal. Il avoue tout de même vivre le parfait bonheur ici en Floride.

Vous aimerez aussi

Plus avec Jeremy Filosa

«Patrice Bernier, c’est le Gandhi du soccer québécois» -Jeremy Filosa
Le repêchage se poursuivait aujourd’hui avec les rondes 2 à 7
Paris sportifs : Qui le CH choisira-t-il au 1er tour du repêchage de la LNH ?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75