Aller au contenu
Près de 100 décès par jour

«Est-ce que la COVID est vraiment la cause primaire du décès?»

«Est-ce que la COVID est vraiment la cause primaire du décès?»
Patient à l'hôpital
Getty Images/E+/ Tempura

Bien qu’il s’attriste du nombre élevé de Québécois qui décèdent actuellement de la COVID-19, Dr Karl Weiss aimerait que les statistiques entourant ces décès quotidiens soient mieux définies. 

Depuis quelques jours, près de 100 personnes perdent la vie quotidiennement en raison de la COVID-19.

On se rapproche du nombre de décès maximal par jour atteint lors de la première vague qui avait été qualifiée d’hécatombe pour les CHSLD.

Tous décédés de la COVID-19?

Ce nombre élevé de décès quotidiens, Dr Karl Weiss ne le comprend pas trop. Son expérience hospitalière actuelle ne reflète pas cette réalité. 

Selon le microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses à l'Hôpital général juif de Montréal, les médecins sont beaucoup plus habiles à traiter les gens atteints de la COVID-19 dans les hôpitaux du Québec. 

Il pense plutôt que plusieurs de ces décès sont attribuables à des maladies graves ou chroniques comme le cancer. 

«En arrière de ces statistiques, ce sont des gens et des familles. Des Québécois souvent âgés qui ont contribué à bâtir le Québec moderne dans lequel on vit et à qui ont doit beaucoup»

«Mais il faut voir si ces gens sont vraiment décédés de la COVID? Comment ces statistiques sont-elles compilées? Honnêtement, ce n’est pas ce qu’on voit à l’hôpital où on est bien meilleurs pour traiter la COVID. On a malheureusement des décès, mais ça n’a plus rien à voir avec la première vague. Donc, je me pose des questions sur la façon dont les statistiques sont faites. Est-ce que la COVID est vraiment la cause primaire du décès chez ces gens? Ou ce sont des gens qui ont des cancers métastatiques en phase très avancée, qui avaient une espérance de vie très courte et qui décèdent après avoir testés positif à la COVID alors qu’ils n’ont très peu de symptômes associés à la COVID? Il faut avoir une image plus limpide de ces décès»  

Proche du but

Concernant l’écœurantite des Québécois par rapport aux mesures sanitaires restrictives, Dr Weiss encourage la population à ne pas baisser les bras aussi près de la ligne d’arrivée. 

«On est dans le pire de la vague actuellement. Cette vague restera sur un plateau d’environ quatre semaines. Et on pense que dès la mi-février, on verra une nette éclaircie. Après, il va falloir préparer l’avenir parce que le virus va devenir endémique. Il faudra apprendre à vivre avec»

«Mais il faut garder notre cohésion sociale et notre solidarité en travaillant ensemble pour les quatre prochaines semaines. Bien sûr, c’est la 5e vague et on est fatigués. Mais on est dans un marathon (42 km) et on est au 41e km. C’est un peu bête d’abandonner quand il vous en reste si peu à faire»

Vous aimerez aussi

Plus avec Bernard Drainville

Vers un contrat de trois ans pour Martin St-Louis?
Une dame de Rimouski se ramasse avec un «dindon volant» dans son salon!
L’UE s’accorde sur un embargo massif du pétrole russe, un impact sur la guerre?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75