Aller au contenu
Un microbiologiste répond à nos questions

Possible de falsifier un test PCR avec de la vaseline?

Possible de falsifier un test PCR avec de la vaseline?
test PCR
Getty Images/E+/eclipse_images

Des influenceurs du vol de Sunwing chercheraient à se procurer de la vaseline pour trafiquer leur test PCR. Mythe ou réalité?

Pris au Mexique alors que de nombreuses compagnies aériennes ne veulent plus les ramener à Montréal, des influenceurs québécois seraient à la recherche de vaseline afin d’obtenir un test négatif à leur test PCR. 

Est-ce que la vaseline peut avoir cet effet? 

Marie-Claude Lavallée en a discuté avec Christian Jacob, président de l’Association de microbiologistes du Québec. 

Le microbiologiste a admis qu’il n’avait jamais entendu pareille histoire. Après quelques recherches, il croit plutôt que ce sont des théories du complot qui ont été amalgamées.

«La première mention par rapport à la vaseline provient du fameux Dr Didier Raoult, ce personnage qui nous avait annoncé la fin de la pandémie au début de l’année 2020 et qui prévoyait au plus 10 000 décès. Il a suggéré de tester l’utilisation de la vaseline ou de Vicks pour éviter l’infection ou la transmission. Il n’a pas dit que ça fonctionnerait, mais a plutôt suggéré de le tester. Mais j’ai l’impression que des gens sont partis de ça pour en faire toute une histoire»

«Et la compagnie Vicks s’est rapidement dissociée de ça. Elle ne recommande pas de se mettre du Vicks dans le nez, ça peut être très dangereux»

«Et de la vaseline aussi. C’est pour usage externe seulement. Ça peut avoir des conséquences graves si on en fait une utilisation chronique sur les muqueuses nasales»

«La vaseline pourrait faire en sorte que l’échantillon devienne non homogène et ça pourrait diluer les composantes qu’on veut détecter»

Coca-cola et jus d’orange  

Sur les réseaux sociaux, de nombreux antivax et personnes qui nient l’existence de la pandémie s’amusent à démontrer qu’en mettant des produits acides comme du coca-cola ou du jus d’orange sur un test de dépistage rapide, ils obtenaient un résultat faussement positif. 

«Ces tests ne sont pas développés pour qu’on y mette des produits acides. Ils sont développés pour qu’on y mette des échantillons normaux du corps humain. Avec un produit acide, on pense que les anticorps font du ‘’clumping’’, des agrégats qui vont rester pris à la ligne positive. Donc, physiquement, les anticorps restent bloqués là et donnent dans ce cas, un résultat faussement positif»

Vous aimerez aussi

Plus avec Marie-Claude Lavallée

Quatre séries télévisées à ne pas manquer cet automne
C'est le dernier Vindredi Groovy estival
Donald Trump : le mandat de perquisition rendu public
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75