Aller au contenu
Resserrement à Montréal et Laval

«Ramener le couvre-feu, ça envoie un message fort» -Dr François Marquis

«Ramener le couvre-feu, ça envoie un message fort» -Dr François Marquis
Photo: Cogeco Média

Retour du couvre-feu à Montréal et à Laval à 20h00 dès dimanche soir, était-ce vraiment nécessaire? C’est la question qu’a abordé Isabelle Maréchal vendredi matin au cours de son émission en compagnie du Dr François Marquis, chef de service des soins intensifs à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

L’idée générale, derrière ce resserrement du couvre-feu pour les deux régions administratives, n’est pas en fonction de territoire ou de localité, mais davantage sur le plan de densité de population, alors que Montréal et Laval sont deux des villes les plus populeuses de la province.

«La logique derrière cette décision-là doit avant tout être une logique de densité de population. Ce serait pour moi le premier point. Ensuite, c’est vrai que les limites géographiques sont relativement artificielles. Le virus se fout un peu des frontières, par contre c’est très facile pour les humains de mettre une ligne sur une carte. Et pour l’être humain, c’est beaucoup plus simple de faire cette distinction de cette façon que de mettre la ligne au milieu d’une rue.»

François Marquis estime aussi que le gouvernement tente, par la même occasion, de confiner le moins de gens possible. Il en profite toutefois pour avertir les gens du sud du Saint-Laurent.

«Comme on pourrait dire à nos amis de la Rive-Sud : "Ne faites pas de folie, parce que vous êtes les prochains sur la liste!" Et ça pourrait très bien être demain ou après-demain en fonction des éclosions. Je ne pense pas qu’ils sont invulnérables au retour du couvre-feu.»

Le spécialiste en soin intensif estime que le retour du couvre-feu à 20h00 est une solution efficace qui empêche les rassemblements personnels, malgré les frustrations que cela occasionne.

«En ramenant le couvre-feu, je pense que ça envoie un message fort. On prend tout le monde, ça tape sur les nerfs de tout le monde, mais pourquoi ça tape sur les nerfs de tout le monde, c’est parce que ça rappelle aussi qu’on est encore en pandémie et que dans le fond, il faut faire attention.»

Le Dr Marquis rappelle aussi que bien que la situation dans les hôpitaux ne soit pas désespérée, elle pourrait le devenir rapidement advenant une flambée de cas dans les prochaines semaines.

Vous aimerez aussi

Plus avec Isabelle Maréchal

L’année de Ricardo!
Le Grand défi Pierre Lavoie revient en force dès demain! Y serez-vous?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Quart de nuit
En ondes jusqu’à 03:00
En direct
75