Aller au contenu
Pandémie en 2021

«On doit être inquiets» -Kevin Gilmore

«On doit être inquiets» -Kevin Gilmore
Cogeco Media

Au strict plan de la logistique, la saison 2020 de l’Impact a été complètement rocambolesque. Quarante-huit heures après la fin de la saison de la formation montréalaise, l’organisation se prépare déjà à la prochaine.

Et dans le contexte de la pandémie toujours bien présente au Canada et aux États-Unis, est-ce que l’état-major se doit être inquiet?

« On doit être inquiets. Si on n’est pas inquiets, on ne se prépare pas... », a répondu le président Kevin Gilmore au micro de Mario Langlois.

« Si on se dit : «on va être correct», on va se retrouver au mois de mars, au début de saison, et on va être obligés de faire du rattrapage. On commence déjà la planification du camp préparatoire.

« Comment est-ce que la quarantaine va nous affecter? Est-ce qu’on peut faire un camp vraiment comme on faisait avant, où on vient ici pour une semaine, on va trois semaines en Floride, on revient ici pour quelques jours, on retourne en Floride, et après ça, on commence la saison?

« Est-ce que ça va être possible. Est-ce qu’on peut travailler avec les autorités gouvernementales pour s’assurer que si on fait ça et que l’on suit un protocole, on va être capables de le faire?

« Est-ce qu’on va être capables de jouer des matchs ici? Des matchs contre des équipes autres que canadiennes? Ce sont toutes des inquiétudes que l’on doit comprendre, gérer et planifier.

« On sait que la situation (la pandémie) ne va pas s’étendre pour les deux ou trois prochaines années. C’est quelque chose qui va prendre fin quelque part en 2021. On ne connaît pas la longueur du tunnel, mais on voit la lumière au bout. »

Mais Kevin Gilmore espère vraiment que l’Impact n’aura pas à s’exiler aux États-Unis.

« Je ne le conseille à personne. C’est tellement difficile du plan personnel… »

On devrait donc voir la progression de cette équipe en 2021 où la philosophie du directeur sportif Oliver Renard repose sur le principe de « bonnes jeunes équipes excitantes à voir jouer ».

Vous aimerez aussi

Plus avec Mario Langlois

«Jusqu'à la fin, tu y crois» -Louis-Philippe Fontaine
«L'important c'est d'avoir une chance que ce soit au repêchage ou par après»
«Safarir» à la radio ce samedi dès 21h
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75