Aller au contenu

«Je suis un grand défenseur de la langue française» - Olivier Primeau, copropriétaire du «Beachclub»

«Je suis un grand défenseur de la langue française» - Olivier Primeau, copropriétaire du «Beachclub»

Dans tout le débat entourant l'utilisation ou l'absence du français dans les commerces de Montréal, particulièrement du centre-ville, l’entrepreneur et copropriétaire du Beachclub, Olivier Primeau, défend son choix d’utiliser l’anglais pour les affaires.

Il dit se réserver l'option de choisir des noms anglais aux commerces ou aux bannières qu'il crée et estime que le gouvernement n'a pas à s'en mêler.

Il était en entrevue, mardi matin, au micro de Paul Arcand. 

« Je suis un grand défenseur de la langue française (...) J'ai dû apprendre l'anglais extrêmement rapidement avec ma nouvelle occupation, avec le Beachclub, j'ai compris très rapidement que sans l'anglais, je n'allais pas aller loin. C'est 100% marketing pour nous. J'ai toujours eu la vision de commencer toutes mes entreprises au Québec, mais j'ai une vision mondiale pour tous mes produits. Ce n'est pas en s'attaquant à des noms de restaurant ou des slogans de boisson qu'on va régler le problème du français au Québec. » 

Vous aimerez aussi

Plus avec Paul Arcand

132 Est | Des corridors de béton pour freiner les délinquants de la circulation
En primeur | la musique thème de l'émission qu'animera Luc Ferrandez
Questions & réponses avec Éric Duhaime
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75