Aller au contenu

Transfert d’écoles : «On n’est pas d’accord que ce soit le ministre qui décide des écoles»

Transfert d’écoles : «On n’est pas d’accord que ce soit le ministre qui décide des écoles»
ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
PC

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) a déposé mardi soir une demande d'injonction à la Cour supérieure afin de bloquer le transfert de deux de ses écoles à la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île.

En entrevue avec Louis Lacroix mercredi matin, Angela Mancini, présidente de la CSEM, a expliqué pourquoi elle avait pris cette décision.

«On n’est pas d’accord que ce soit le ministre qui décide des écoles qu’on a à transférer. On a même de la misère à expliquer à nos parents pourquoi ces deux écoles ont été choisies. Pour nous, c’est une question de faire nos propres choix pour la communauté anglophone»

«Ce qu’on souhaite, c’est de faire notre consultation qu’on a lancée au mois de juin pour pouvoir regarder, dès l’année prochaine, quelles écoles seraient consolidées et par la suite, transférées à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’île pour leurs besoins. Pour le moment, on leur offrait une cohabitation. Ils pouvaient quand même offrir 89 classes»

De plus, madame Mancini a qualifié la compensation financière de 3,5M$ offerte par le ministre de l'Éducation pour le transfert des deux écoles de «minime».  

Vous aimerez aussi

Plus avec Louis Lacroix

Félix Auger-Aliassime marque l’histoire du tennis à Montréal
An 2000 : Certaines des plus importantes technologies
Perséides : le point culminant aura lieu durant la nuit de vendredi à samedi
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75