Aller au contenu

Le National Enquirer cachait les secrets de Trump dans un coffre-fort

Le National Enquirer cachait les secrets de Trump dans un coffre-fort
Photo: Twitter.com

Le tabloïd américain National Enquirer cachait dans un coffre-fort des histoires qui auraient pu nuire à Donald Trump, notamment en ce qui avait trait à des paiements effectués pour acheter le silence, dans le cadre de la relation chaleureuse qu'il entretenait avec le milliardaire avant l'élection présidentielle de 2016, ont déclaré à l'Associated Press des personnes familières avec la situation.

Cette révélation survient alors que plusieurs médias rapportaient jeudi que les procureurs fédéraux ont accordé l'immunité au chef du National Enquirer, David Pecker, mettant potentiellement à nu ses efforts pour protéger son ami de longue date.

L'ancien avocat de M. Trump, Michael Cohen, a plaidé coupable cette semaine à des infractions de financement électoral. Il prétend que M. Trump, le tabloïd et lui ont acheté le silence d'une actrice porno et d'un mannequin Playboy qui prétendaient avoir eu des relations extraconjugales avec le candidat présidentiel.

Plusieurs personnes familières avec la société mère d'Enquirer, American Media Inc., et qui ont parlé sous le couvert de l'anonymat parce qu'elles avaient signé des accords de confidentialité, ont déclaré que le coffre-fort était une source d'influence importante pour M. Pecker, le PDG de la société.

Les fichiers Trump étaient gardés en compagnie de documents similaires relatifs à ce qu'on appelle en anglais des accords de «catch and kill», des histoires dont on achète les droits exclusifs sans avoir l'intention de les publier, uniquement pour les faire disparaître. En taisant les secrets juteux des vedettes, la société s'imposait auprès d'elles et pouvait exiger des faveurs en retour.

Mais après que le Wall Street Journal eut initialement publié les premiers détails d'une telle entente concernant l'ex-mannequin de Playboy Karen McDougal peu avant les élections de 2016, ces dossiers sont devenus une bombe à retardement. Craignant que les documents ne soient utilisés contre AMI, M. Pecker et le responsable du contenu de l'entreprise, Dylan Howard, les ont retirés du coffre-fort dans les semaines précédant l'inauguration de M. Trump, selon une personne directement au courant des événements.

Le directeur financier de l'organisation Trump aurait obtenu l'immunité

Des médias américains rapportent vendredi que le directeur financier de l'organisation Trump a obtenu l'immunité dans le cadre de l'enquête fédérale sur l'ancien avocat personnel du président américain, Michael Cohen.

Le Wall Street Journal et le réseau NBC ont été les premiers à citer des sources anonymes selon qui Allen Weisselberg a obtenu l'immunité pour discuter avec les procureurs fédéraux responsables de l'enquête sur l'argent versé par M. Cohen à deux femmes qui prétendent avoir eu des relations extraconjugales avec M. Trump.

M. Cohen a plaidé coupable cette semaine à des infractions de financement électoral.

Même s'il n'est pas nommé dans l'affaire Cohen, M. Weisselberg est probablement l'un des deux dirigeants de l'empire Trump mentionnés dans la poursuite et qui auraient remboursé M. Cohen en présentant ces paiements comme des frais juridiques.

M. Weisselberg est un proche de M. Trump qui travaille pour la famille du président depuis le début des années 1970.

0:00

Vous aimerez aussi

Plus avec Paul Houde

Le mot de la fin
«Au sommet à jamais» -Mario Cecchini
On sent que les Américains ne veulent pas que Biden se représente
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Quart de nuit
En ondes jusqu’à 03:00
En direct
75