Aller au contenu
Classes sociales

Cette misère qu'on ne voit plus

Cette misère qu'on ne voit plus
Un sans-abri / Getty Images

Dans son texte publié dans La Presse, mercredi, Mathieu Bélisle, essayiste, chroniqueur et professeur de littérature au Collège Jean-de-Brébeuf, se questionne sur les classes sociales.

À titre de Montréalais depuis 30 ans, il constate que sa ville change et qu’elle est de plus en plus dispendieuse.

Il vient en parler au micro de Patrick Lagacé. Son constat: il y a plus en plus de misère apparente.

«Il y a de plus en plus de gens sans logis, des gens perdus, des gens en crise dans des endroits où on n'avait pas l'habitude de les voir. Je sais que c'est un peu terrible ce que je vais dire, mais tu sais, malheureusement, il y a quand même des fois un profil de gens, de personnes qu'on peut, à qui on peut s'attendre qu'on puisse s'attendre de croiser sur la rue.

«Mais là, je voyais par exemple, récemment dans le métro, beaucoup de jeunes femmes, quelques-unes couchées comme ça, près du guichetier, parce que, j'imagine, elles veulent un peu plus de sécurité au cas où. Alors oui, ça m'a beaucoup perturbé. On parle beaucoup du quartier, du village, tu sais, ça ne va pas bien. Puis les commerces et tout ça. Mais là, je pense que c'est comme en train de se répandre à la grandeur de l'île.»

«Moi, ce qui me perturbe le plus, parce que moi-même, je m'inclus là dedans, c'est qu'à un moment donné, on a notre vie à vivre, on a nos rendez-vous, on travaille, puis, à un moment donné, on se rend compte que ces gens-là, il n’y a peut-être même plus personne qui les regarde parce qu'on s'est habitué à les voir là.»

Ce qui l'amène à remettre en question un postulat.

«Puis moi, dans ce texte, ce que je voulais un peu dénoncer, ou en tout cas, remettre en question, c'est la fameuse appellation classe moyenne.»

On écoute Mathieu Bélisle...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

Mitsou n’est pas prête à dire bye bye à la musique!
C'est le temps de préparer son jardin
Une pétition contre les propos misogynes d'Harrison Butker

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00