Aller au contenu
Commission Normandeau-Ferrandez

«Ça peut être agréable de vivre dans un secteur plus densément peuplé»

«Ça peut être agréable de vivre dans un secteur plus densément peuplé»
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

L’INSPQ a mesuré les impacts de la densification sur la santé: les Québécois veulent-ils vraiment vivre dans des quartiers denses?

Voilà la question sur laquelle se penchent les commissaires Luc Ferrandez et Nathalie Normandeau, lundi matin, au micro de Paul Arcand.

«La pollution, le bruit qui a un impact important sur la santé parce que ça a un impact sur le sommeil, les accidents aussi. Plus il y a de croisements entre voitures et piétons, plus il y a d'accidents. C'est comme ça, c'est statistique. Il n'y a pas un peuple qui conduit bien, puis un peuple qui ne conduit pas bien. Il y a juste le nombre de rencontres entre un piéton et un automobiliste. C'est la seule variable qui permet de déterminer le nombre d'accidents à travers l'Amérique du Nord. Donc tous ces éléments-là font que vivre en ville peut être quelque chose de nuisible ou même des fois dangereux à certains égards. Mais par contre, il y a une socialisation, qui peut comporter son lot d'avantages au point de contrebalancer complètement les désavantages.»

«J'ai beaucoup aimé l'étude de l'INSPQ, l'Institut National de Santé Publique, parce que souvent la densification a une connotation péjorative. Elle est associée à des éléments très négatifs: la promiscuité, par exemple, le bruit. Mais là, l'INSPQ vient nous dire: "Savez-vous quoi? Il y a des avantages de vivre dans un milieu qui est plus densément peuplé". Et la densification, on parle de ça depuis quoi? 25, 30 ans? C'est devenu une espèce de vache sacrée au Québec, c'est devenu la solution par excellence pour mieux densifier nos centres-ville, certains quartiers. C'est la solution à l'étalement urbain. C'est comme ça qu'on la présente depuis depuis des décennies. Et ce que j'ai trouvé intéressant, c'est qu'effectivement il y a la colonne des plus et des moins, ça fait partie de la colonne des plus et des moins. Et ça permet dans le fond de constater qu'il n'y a pas un modèle unique de densification.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Nathalie Normandeau

Assises de l'UMQ: «Legault a dû remettre de la pâte à dents dans le tube»
Une cuillère qui promet à ses utilisateurs de rehausser le goût des aliments
Grossesse et jeunes enfants: quels sont les impacts pour la vie de couple?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Même le week-end
En direct
En ondes jusqu’à 11:00