Aller au contenu
Ancien ambassadeur d'Israël en France

«Une guerre qui n'a pas de débouché politique est illégitime» -Elie Barvani

«Une guerre qui n'a pas de débouché politique est illégitime» -Elie Barvani
Luc Ferrandez / Cogeco Média

Jusqu'où ira la guerre entre le Hamas et Israël? La question mérite d'être posée au moment ou le conflit perdure et dont l'issue semble bien lointaine.

L'animateur Luc Ferrandez a parlé avec Elie Barnavi, historien, essayiste, chroniqueur et ancien ambassadeur d'Israël en France.

Au départ, comme tous les Israéliens bouleversés de l'attaque terroriste meurtrière du Hamas qui a fait quelque 1200 morts le 7 octobre 2023, ce dernier défendait la position d'Israël, mais il considère aujourd'hui qu'elle est peut-être même nuisible pour son pays.

«(La guerre) a fini par épuiser ses effets. Elle est devenue un but en soi. Elle est devenue un objectif de politique intérieure. Et elle est l'outil que se donne Netanyahou et son gouvernement pour se maintenir au pouvoir. J'estime qu'une guerre qui n'a pas de débouché politique est illégitime.»

«Il n'y a pas de réflexion pour le jour d'après. Netanyahou dit non à toutes les solutions qui lui sont suggérées par ses alliés américains et par l'opposition. L'occasion historique qui serait de liquider une fois pour toutes le problème israélo-palestinien par la création d'un État palestinien... Cet objectif n'est même pas envisagé par la majorité au pouvoir. Et donc la guerre est devenue - légitime qu'elle était au début, puisqu'il fallait bien réagir à la monstruosité de cette attaque du 7 octobre - illégitime par le fait même qu'elle n'a pas d'objet politique. Et donc j'estime, avec nombre de mes compatriotes et la plupart d'observateurs étrangers, qu'elle doit cesser.»

«La phase proprement guerrière de l'opération est terminée. Il n'y a plus que deux divisions ennemies qui opèrent dans la bande de Gaza. Il n'y a plus de véritable guerre civile. L'Armée a retiré l'essentiel de ses forces de la bande de Gaza et on est en train d'essayer de faire la police. Et quand je dis que l'élimination du Hamas n'est pas possible, elle n'est pas possible dans ces conditions. Le démantèlement des capacités opérationnelles et gouvernementales du Hamas est possible. C'est ce que nous sommes en train de faire. Mais si on veut maintenir le Hamas défait, il faut le remplacer par quelque chose. Si vous ne le remplacer par rien, le Hamas finit par ressurgir.»

On écoute Elie Barnavi...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«Ç'a toujours été difficile l'école» -Francisco Randez
Crise du logement et xénophobie au Mexique
«C'est très, très difficile de gérer les poubelles dans un parc» -Luc Ferrandez

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Balados du dimanche
En direct
En ondes jusqu’à 20:00