Aller au contenu
«Le consentement»

«On voit comment Gabriel Matzneff a tissé sa toile» -Catherine Brisson

«On voit comment Gabriel Matzneff a tissé sa toile» -Catherine Brisson
La chronique culturelle de Catherine Brisson / Cogeco Média

Quelques années après la parution du livre de Vanessa Springora, le film Le consentement, de Vanessa Filho prend l’affiche au Québec ce vendredi.

Ce long métrage, qui met en vedette Kim Higelin, raconte l’emprise exercée sur Vanessa Springora par l'écrivain Gabriel Matzneff, lorsqu’elle était mineure.

Au début de l'histoire, elle avait 14 ans. Lui, dans la cinquante, était une véritable vedette littéraire en France.


Écoutez la chroniqueuse Catherine Brisson, qui apporte des détails sur le long métrage. 


«Il va séduire la jeune Vanessa grâce à son amour de la littérature, de belles paroles et des mots quant à ce qu’elle représente pour lui. On voit dans le film comment Gabriel Matzneff a tissé sa toile tranquillement sur elle. La relation, qui durera deux années, sera même acceptée et encouragée par la mère de Vanessa. […] C’est un film difficile à regarder. Il m’habite encore quelques jours plus tard.» 

Autre sujet abordé:

  • À voir : la série True détective: Night Country 
Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Il est toujours aussi vulgaire et grinçant» -Catherine Brisson
«On connaissait la vedette, mais on ne connaissait pas le gars»
«On a beaucoup planifié et la communication était constante»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00