Aller au contenu
Selon le Collège des médecins et Québec Transplant

Des bémols quant à l'inversion du consentement au don d'organes

Des bémols quant à l'inversion du consentement au don d'organes
Des spécialistes procèdent à une chirurgie sur un patient, dans une salle d'opération. / Getty Images

Est-ce que le fait d’inverser la façon de consentir au don d’organes permettrait d’augmenter le nombre de greffes? Possible. Or, le Collège des médecins et Québec Transplant soulèvent quelques bémols.

Dans les pays où il y a davantage de greffe qu’au Québec, cette inversion a été effectuée.

À l’émission de Luc Ferrandez, mardi, écoutez le Dr Jean-François Lizé, chef des soins intensifs du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), ainsi que Martine Bouchard, directrice générale pour Québec Transplant.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Paul Arcand: détermination, élégance et indignation
100 000 téléphones «non intelligents» ont été vendus au Canada
Ce Québécois prêtera à nouveau sa voix pour les Jeux paralympiques

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 18:00