Aller au contenu
Formation accélérée en construction

«Est-on en train de troquer la qualité pour la quantité?»

«Est-on en train de troquer la qualité pour la quantité?»
Des employés de la construction / PC/Christinne Muschi

Il y a des critiques sur le programme de formation accélérée qui a été lancé par le gouvernement Legault pour 300 millions $.

Le but initial: former rapidement des employés pour la construction. Or, ceux qui suivent la formation accélérée en construction n’ont pas d’obligation de travailler sur les chantiers.

Pour en parler, l'animateur Luc Ferrandez accueille Patrick Bérubé, directeur général du Conseil provincial du Québec des métiers de la construction.

Les inquiétudes du programme sont-elles justifiées?

«C'est sûr qu'on a des inquiétudes. Pour avoir eu des discussions avec le gouvernement, on a posé des questions et on n'a pas eu l'ensemble des réponses qu'on voulait obtenir.

«La première chose qui nous inquiète, c'est que dans un premier temps, on va investir 300 millions $ pour être attractif et attirer du nouveau monde dans l'industrie. Le problème, c'est qu'il n'y a pas d'obligation d'oeuvrer dans l'industrie par la suite. Donc, est-ce que ça va être un faux remède qu'on va mettre en place pour attirer des gens qui, au final, vont venir faire quoi? Quatre, cinq mois de formation, puis, par la suite, ils vont quitter et se rediriger ailleurs? Ça pourrait être le cas, parce qu'il n'y a pas d'obligation.»

La question qui trotte dans la tête de Patrick Bérubé est essentiellement celle-ci: «Est-on en train de troquer la qualité pour la quantité?»

On écoute Patrick Bérubé...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Éditorial de Luc Ferrandez
10 ans depuis la cérémonie de clôture des Jeux de Sotchi
Société: comment s'inspirer des idées d'ailleurs?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les meilleurs moments
En direct
En ondes jusqu’à 03:00