Aller au contenu
Rattrapage pour les orthopédagogues

«C'est irréaliste de demander à des élèves en difficulté d'apprendre plus vite»

«C'est irréaliste de demander à des élèves en difficulté d'apprendre plus vite»
Que pensent les orthopédagogues du plan de rattrapage? / (FangXiaNuo/E+/Getty Images)

Le ministre Bernard Drainville a présenté son plan de rattrapage aujourd'hui. Qu'est-ce qu'en pensent les orthopédagogues qui avaient déjà du mal à répondre à la demande avant le déclenchement des grèves?

Pour en parler, l'animatrice Marie-Claude Lavallée accueille Mathieu Labine-Daigneault, président-directeur général de l'Association des orthopédagogues du Québec.

«Orthopédagogue dans le système scolaire, c'est un spécialiste des difficultés d'apprentissage. Donc, à la base, généralement, on a une formation en pédagogie, mais on a une spécialisation qui nous aide à évaluer, à intervenir à tout ce qui touche la prévention des difficultés et la remédiation des difficultés», dit-il.

«Souvent, on entend qu'on manque d'orthopédagogues. Oui, mais dans certains cas, on a envie de dire si on laissait les orthopédagogues faire leur travail à 100 %, peut-être qu'on manquerait moins d'orthopédagogues et on serait capables de répondre à la demande.»

«Dans les dernières années, ou du moins, depuis la pandémie surtout, on a vu, en raison de la pénurie d'enseignants ou de titulaires de classes, que certains centres de services ou écoles ont utilisé des orthopédagogues à titre de titulaires. On les a utilisés pour remplacer des enseignants dans des classes.»

Et quelle est la position de l'association en regard du plan de rattrapage du ministre Drainville?

«Il y a des très bonnes nouvelles, je crois, dans le plan de M. Drainville, notamment le fait qu'on ait pensé aux moins jeunes dans la formation professionnelle et à la formation générale des adultes, où, souvent, on a des possibilités, disons, de décrochage plus élevé. Donc, on va surveiller ça. Ça, c'est intéressant.

«Ensuite, on a porté une attention particulière aux apprenants en difficulté. Ça a été mentionné aussi par le ministre. Il y a aussi toute la question de la flexibilité qui est ouverte. Monsieur le ministre a mentionné qu'on ne faisait pas du mur à mur, donc, ça laisse une possibilité au milieu de s'adapter et d'adapter le tout à leur réalité.»

En revanche, le rattrapage semble problématique.

«C'est irréaliste de demander à des élèves en difficulté d'apprendre plus vite. Donc, ce n'est pas vrai que ce qu'on a manqué dans les semaines d'absence, on va le condenser dans les semaines qui suivent. Ce n'est pas réaliste. Il y aura une adaptation ou des choix qui devront être faits à mon avis.»

On l'écoute...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Marie-Claude Lavallée

C'est la journée mondiale des roux
«Je remarque le regard taquin d'une génération sur l'autre» -Edith Cochrane
Vindredi groovy: les vins (abordables) de janvier

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Classiques 80-90
En direct
En ondes jusqu’à 17:00