Aller au contenu
Une hausse des discours misogynes à l'école

«Pour plusieurs professeurs, il y a un son de cloche» - Léa Carrier

«Pour plusieurs professeurs, il y a un son de cloche» - Léa Carrier
Jérémie Rainville / Cogeco Média

Les discours misogynes comme ceux des masculinistes comme Andrew Tate sont entrés dans nos écoles et sont de plus en plus populaires auprès de nos adolescents.

C'est ce que révèle un article de la journaliste à La Presse Léa Carrier, qui aborde le sujet, dimanche, à l'émission Même le week-end.

«Dans les cas plus mineurs, ça va être des blagues un peu désobligeantes. D'autres fois, ce sont des commentaires carrément sexistes ou misogynes comme dire que la place de la femme est à la maison ou que le féminisme est un problème. Un enseignant en histoire me racontait que l'an dernier il parlait d'iniquité salariale à ses élèves. Puis c'est la première fois que des garçons avaient levé la main en classe pour dire qu'ils ne voyaient pas le problème dans le fait que les femmes sont moins bien payées.»

La journaliste souligne qu'il s'agit de commentaires et de propos que souvent les professeurs n'avaient jamais entendu en classe, et qui semblent de plus en plus présents depuis les derniers mois. «Pour plusieurs professeurs, il y a un son de cloche qui sonne», affirme Léa Carrier.

Écoutez-la raconter comment une jeune fille, inquiète face aux propos que tenait son frère, lui a mis la puce à l'oreille sur ce phénomène...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jérémie Rainville

Les Oilers d'Edmonton forcent la tenue d'un septième match contre Vancouver
Romans d'horreur : «C'était un défi intéressant de débroussailler le terrain»
«Quand c'est tombé 3-1 j'ai senti les Canucks abandonner»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00